BFMTV

Pour Valls, Zemmour "construit sa notoriété sur la peur"

Manuel Valls a estimé qu'Eric Zemmour "ne méritait pas d'être lu" après ses propos sur le régime de Vichy

Manuel Valls a estimé qu'Eric Zemmour "ne méritait pas d'être lu" après ses propos sur le régime de Vichy - Philippe Wojazer - AFP

Le Premier ministre s'est de nouveau insurgé contre les thèses développées par le polémiste Eric Zemmour dans son livre à succès Le suicide français.

L'ouvrage d'Eric Zemmour n'en finit pas de faire polémique. Lundi, le Premier ministre, Manuel Valls, est monté une nouvelle fois au créneau accusant, sans le nommer, l'auteur du Suicide français de "défendre des thèses racistes" et de "construire sa notoriété sur la peur".

"Ceux qui vont jusqu'à défendre des thèses racistes ou négationnistes, ceux qui construisent leur notoriété sur la peur, la résignation, la réaction, ceux-là ne méritent pas la place qu'on leur accorde dans le débat public. Ils ne méritent pas qu'on les lise", a estimé lundi le chef du gouvernement lors d'un discours prononcé au Conseil d'Etat, à l'occasion du 70e anniversaire de l'ordonnance du 9 août 1944 de rétablissement de la légalité républicaine.

Un livre "crève-coeur"

"Entendre certains parler de suicide pour notre pays est inacceptable, insupportable. Pour un républicain, pour un patriote comme moi, comme vous, c'est un crève-cœur", a également lancé Manuel Valls au sujet du livre controversé.

Succès en librairie, Le suicide français a créé la polémique à sa sortie. Eric Zemmour y affirme notamment que le régime de Vichy aurait sauvé des Juifs durant la Seconde Guerre Mondiale en sacrifiant "les Juifs étrangers pour sauver les Juifs français". 

Le FN divisé sur les propos de Zemmour

La position avait déjà fait bondir le Premier ministre. "Qui porte un projet, soit à travers de journalistes soi-disant intellectuels, soit à travers de responsables de la droite ou de l'extrême droite, (avec) une vision triste, enfermée sur elle-même, rance, qui n'est pas celle de la France", avait-il alors dénoncé le 29 octobre.

Même au sein du Front national, cette thèse divise les chefs du parti. Si Jean-Marie Le Pen estime que "le régime de Vichy est excusable", le vice-président du FN, Florian Philippot, a, quant à lui, pris ses distances sur BFMTV. "Non, le régime de Vichy n’a pas sauvé de juifs. Je suis en désaccord avec Eric Zemmour sur ce point de vue de là", a-t-il assuré lundi.

Mélanie Godey