BFMTV

Pour Macron, le masque est "une contrainte raisonnable" que l'on doit accepter "pendant un temps"

Emmanuel Macron a défendu, ce vendredi, le port du masque, même s'il est "gênant" et "pénible", pour éviter de renforcer la circulation du virus.

"Nous devons apprendre à vivre avec le virus", a plaidé Emmanuel Macron, ce vendredi, lors d'une visite d'un laboratoire pharmaceutique dans les Hauts-de-Seine. Une cohabitation qui signifie continuer à porter le masque, même s'il est "gênant" et "pénible", a-t-il assuré. "Comme vous, je n'aime pas porter un masque", a même commenté le chef de l'État.

"Les gestes barrières, nous qui sommes un peuple latin, ne sont pas dans nos habitudes. Mais je pense qu'il s'agit d'une contrainte raisonnable, que nous devons accepter pendant un temps, parce qu'elle permet de ralentir la circulation du virus et à l'activité économique de repartir dans de bonnes conditions", a poursuivi le président.

Pour le chef de l'Etat, "la pire des choses serait d'être dans le relâchement" car cela laisserait le virus "circuler plus activement" et conduirait à des confinements et des arrêts d'activité.

Le port du masque est obligatoire dans les transports en commun depuis le 11 mai, dans les lieux publics clos depuis le 20 juillet et va le devenir dans les entreprises à partir du 1er septembre. À Paris et Marseille, il est également obligatoire de le porter à l'extérieur.

Clément Boutin Journaliste BFMTV