BFMTV

Pour les Européennes, Philippot veut une liste hybride avec des gilets jaunes

Florian Philippt - Image d'illustration

Florian Philippt - Image d'illustration - François Guillot - AFP

"Je voulais déjà donner cette coloration sociale au Front national" assure l'ancien bras-droit de Marine Le Pen.

A quelques mois des élections européennes, les différents partis constituent, difficilement pour certains, leurs listes et affûtent leurs programmes. C'est le cas des Patriotes, mouvement créé en 2017 par l'ancien bras-droit de Marine Le Pen, Florian Philippot, qui, explique-t-il à L'Opinion, veut la présence de gilets jaunes à ses côtés. 

"On vise à constituer une liste hybride, mi-Patriotes mi-gilets jaunes" assure le député européen, dont le souhait est d'épouser les revendications des manifestants.
"Notre programme étant 100 % compatible avec les revendications des gilets jaunes, nous pourrions monter une liste 'Les gilets jaunes' ou 'Avec les gilets jaunes'" extrapole-t-il. 

1% d'intention de vote, pour le moment

Il faut dire que depuis le début des contestations, mi-novembre dernier, l'ancien cadre du Front national n'a jamais caché sa sympathie pour le mouvement, n'hésitant pas lui-même à arborer le fameux tissu fluorescent.

Seul souci, sans le soutien du parti d'extrême-droite, la potentielle liste présentée par Philippot ne pèserait pas lourd puisque créditée que d'1% selon un récent sondage Odoxa. Devenue Rassemblement national, son ancienne formation est quant à elle créditée de 24% d'intentions de votes

L'ajout des gilets jaunes pourrait alors être salvateur pour Philippot puisque selon une autre enquête, une liste constituée uniquement de manifestants récolterait près de 12% des voies, marchant directement sur les plates-bandes du RN, mais aussi de la France insoumise. 

Pas de tentative de récupération politique

Par précaution, Florian Philippot a déposé, via son directeur de cabinet, la marque Gilets Jaunes auprès de l'Inpi (Institut national de la propriété industrielle.)

Engagement sincère ou tentative de récupération politique, toujours refusée par les manifestants? "Ce n’est pas sorti de mon chapeau depuis trois semaines, je voulais déjà donner cette coloration sociale au Front national" conclut-il. 

Hugo Septier