BFMTV

Pour Clémentine Autain, la France insoumise doit participer au "big bang de la gauche"

Clémentine Autain, députée élue en Seine-Saint-Denis, était notre invitée ce dimanche dans BFM Politique. Quelques semaines après ses déclarations fracassantes sur la France insoumise, elle a répété son envie de voir ce parti réviser son appareil et ses relations avec le reste de la gauche.

Clémentine Autain continue à remettre en cause l'attitude du mouvement auquel elle appartient, la France insoumise, en difficulté après ses faibles résultats aux européennes. Revenant sur le parcours de sa formation depuis la présidentielle, elle déplore ce dimanche sur BFM Politique, que "la France insoumise n’a pas transformé l’essai malgré la campagne remarquable en 2017 qui nous a évité un scénario à l’italienne", où la gauche transalpine a été atomisée.

Alors que la stratégie présidentielle de Jean-Luc Mélenchon avait fait la part belle à un large rassemblement et à des symboles plus républicains que spécifiquement rattachés à une famille politique, comme le drapeau français, la députée élue en Seine-Saint-Denis plaide pour une forme d'union de la gauche: "Ma conviction, c’est qu’on n’y arrivera pas seuls, la France insoumise n’a pas seule les clés de la situation". Elle glisse, plus tard:

"Notre famille politique gagne quand elle assume son pluralisme."

D'accord avec "les partis pris fondamentaux" mais...

Alors qu'elle ne s'imagine pas quitter l'étiquette sous laquelle elle a été élue aux dernières législatives, elle ajoute: "Je suis d’accord avec les partis pris fondamentaux de la France insoumise mais qui ne sont pas le propre de la France insoumise, mais aussi ceux des communistes de certains écolos et qu’on retrouve dans la société, d'où notre appel pour un big bang de la gauche". 

Elle donne rendez-vous à ses partisans dimanche prochain à 15 heures au Cirque Romanès, Porte Maillot à Paris, pour un événement convoquant, outre des politiques, des intellectuels, des syndicalistes et des militants associatifs. "Des gens prêts à abaisser les murs, jeter des passerelles pour créer un nouvel imaginaire", résume-t-elle. 

"Le mouvement gazeux n'a pas réussi son pari" 

Si elle évite autant que possible de citer Jean-Luc Mélenchon, elle fromule tout de même des critiques plus précises à son égard. "La présidentielle, c’est pas tout de suite. Avant de nous demander qui incarne, demandons-nous quoi incarner", dit-elle notamment. Dans la même veine, elle lance: "L’idée du mouvement gazeux n’a pas tout à fait réussi son pari."

Samedi, la France insoumise a pourtant commencé à s'organiser de manière plus solide, en nommant Adrien Quatennens coordinateur du mouvement. "Je ne sais pas qui a décidé", lâche simplement à ce sujet Clémentine Autain qui se demande également à haute voix, reprenant les propos de Charlotte Girard, cadre de la France insoumise qui vient de prendre ses distances: "Est-ce qu’on peut dans la France insoumise ne pas être d’accord?"

Robin Verner