BFMTV

Pour Aubry, le mot frondeur "est une erreur"

Martine Aubry à Lomme, dans le Nord, le 13 septembre 2014.

Martine Aubry à Lomme, dans le Nord, le 13 septembre 2014. - Philippe Huguen - AFP

Au lendemain de sa charge contre le gouvernement, Martine Aubry affirme ne pas souhaiter être un "recours" à gauche. Et estime que les députés PS critiques face au gouvernement ne devraient pas être qualifiés de "frondeurs".

Martine Aubry "ne souhaite pas être un recours" face à François Hollande: c'est ce qu'elle a affirmé sur France Inter lundi matin. "Je ne souhaite pas être un recours, je souhaite simplement pouvoir débattre", a-t-elle lancé.

Mais pas question non plus pour l'ancienne ministre du Travail d'accepter le mot "frondeur": "ce mot est à la mode, mais c'est une erreur. Ce sont des hommes et des femmes de bonne volonté, des gens qui veulent la réussite du gouvernement".

"Je n'ai pas vocation à organiser l'opposition"

Au lendemain de sa charge contre François Hollande et Manuel Valls, publiée dans le Journal du dimanche, Martine Aubry appelle à "redoser la politique économique", notamment en direction des ménages.

Mais elle estime que "le gouvernement a fait de bonnes choses: sur la sécurité par exemple, j'ai félicité Manuel Valls lorsqu'il était ministre de l'Intérieur puis quand il est devenu Premier ministre. Sur l'éducation, aussi, avec les rythmes scolaires (...) Je ne remets pas en cause d'un bloc la politique du gouvernement. Je n'ai pas vocation à organiser une opposition au gouvernement. Je veux discuter avec le gouvernement pour qu'il réussisse".

Martine Aubry estime que le gouvernement pêche par la présentation de ses réformes: "il faut en présenter le sens, les valeurs. Ce que fait le gouvernement est bien, mais ce n'est pas bien présenté. Or la présentation, c'est très important".

A. K.