BFMTV

Photos dans Paris-Match: Filippetti, comme Montebourg, va attaquer 

Les deux anciens ministres lors de la Fête de la musique l'été dernier.

Les deux anciens ministres lors de la Fête de la musique l'été dernier. - Kenzo Tribouillard - AFP

L'hebdomadaire Paris-Match, qui prête une liaison entre l'ex-ministre de la Culture et l'ex-ministre de l'Economie, sera assigné en référé vendredi, pour atteinte à la vie privée. L'avocat d'Aurélie Filippetti a annoncé que sa cliente allait aussi attaquer le magazine.

Aurélie Filippetti a annoncé vendredi, par le biais de son avocat Patrick Maisonneuve, son intention d'attaquer Paris-Match. L'ancienne ministre de la Culture n'a pas apprécié la publication de photos volées la montrant aux côtés d'Arnaud Montebourg à San Francisco.

La veille, c'est l'avocat de l'ancien ministre de l'Economie qui avait annoncé que son client allait attaquer l'hebdomadaire pour atteinte à la vie privée.

"Opposé à la peopolisation"

L'assignation en référé d'Arnaud Montebourg contre Paris-Match, qui a dévoilé des photos des deux anciens ministres prises en pleine "Love Story à San Francisco", doit être déposée vendredi au tribunal de grande instance de Paris, a indiqué l'avocat, se refusant à toute autre précision.

"Opposé de longue date à ce qu'il est convenu d'appeler la 'peopolisation' de la vie publique, ce dont témoignent les condamnations déjà prononcées à sa demande à l'encontre de ce magazine et d'autres titres de la presse à scandale, il entend que soit respectée la sphère protégée de sa vie intime", a souligné l'avocat dans un communiqué.

Deux "coups" en deux semaines pour Match

Fin août, les déclarations anti-austérité d'Arnaud Montebourg dans les pages du Monde et depuis son fief de Frangy-en-Bresse avaient poussé le Premier ministre Manuel Valls à présenter la démission de son gouvernement. Depuis Bercy, le bouillonnant ministre avait assuré avoir indiqué au Premier ministre qu'il "reprenait sa liberté".

Aurélie Filippetti avait, elle aussi, pris les devants en déclarant n'être "pas candidate à un nouveau poste ministériel". Elle avait expliqué préférer "la loyauté à ses idéaux" au "devoir de solidarité" gouvernementale. La semaine dernière, Paris-Match avait déjà fait sensation en publiant la couverture de l'ouvrage de l'ex-Première dame Valérie Trierweiler.

C. P. avec AFP