BFMTV

Pesticides: Matignon ne reviendra pas sur l'interdiction et conforte Hulot

Matignon assure que l'interdiction des néonicotinoïdes sera maintenue, mettant fin au bras de fer entre Nicolas Hulot et le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, favorable à des dérogations.

Le Premier ministre a tranché en faveur de Nicolas Hulot: "le gouvernement a décidé de ne pas revenir sur les dispositions de la loi de 2016" interdisant l'usage d'insecticides tueurs d'abeilles, déclare Matignon dans un communiqué.

Le ministre de la Transition écologique et solidaire et le nouveau ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, étaient engagés dans un bras de fer sur la levée de l'interdiction de l'épandage aérien et des pesticides de type néonicotinoïdes.

La France avait décidé en août 2016 l'interdiction de l'utilisation de ces produits à partir du 1er septembre 2018, avec "certaines modalités d'application transitoires jusqu'en juillet 2020", a rappelé Matignon, ajoutant qu'une "expertise réalisée par l'Agence nationale de sécurité sanitaire sur le sujet sera disponible en fin d'année".

Interdiction stricte contre dérogations

Ce lundi, sur notre antenne, le ministre de l'Agriculture a souhaité "mettre sur la table la possibilité d'avoir un certain nombre de dérogations" à l'interdiction des néonicotinoïdes, faisant valoir que ces produits n'avaient pas pour l'heure de substituts. Le cabinet d'Édouard Philippe précise que des "travaux" sont en cours quant à la conformité du droit Français avec la législation européenne, mais s'abstient de tout commentaire sur les "dérogations" réclamée par Stéphane Travert.

Nicolas Hulot a très rapidement réagi sur Twitter, affirmant que les arbitrages de Matignon avaient tranché en faveur d'un maintien de l'interdiction. L'écologiste, en déplacement à Lyon, a tenu sa position: "Sur tout ce qui concerne la santé, ma ligne est très simple: il ne faut faire aucune concession. On ne reviendra pas sur des acquis." "La loi existe et on ne va pas revenir sur la loi", martèle l'écologiste.

"Concertation longue"

"Très sincèrement, laissez-moi le temps de voir monsieur Travert, qui vient d’arriver. Je dois le voir cette semaine sur tous ces sujets-là. (...) J'ai une ligne, et je suis absolument certain qu’avec Sébastien (le prénom du nouveau ministre est en fait Stéphane, NDLR) Travert, on pourra trouver des solutions, mais dans une concertation qui va être longue, sans tomber dans le piège de se confronter", a ajouté le ministre de la Transition écologique et solidaire. 

Prudent face à un poids lourd du gouvernement, Stéphane Travert s'est également déclaré favorable au dialogue: "Je suis totalement ouvert sur ces discussions", a-t-il répété. Avec cette intervention, Matignon semble fermer le ban à ces négociations. 

Louis Nadau