BFMTV

Primaire à gauche: couacs en série lors des prises de parole de Hamon et de Valls

Benoît Hamon a pris la parole avant que Manuel Valls n'ai achevé son discours dimanche soir

Benoît Hamon a pris la parole avant que Manuel Valls n'ai achevé son discours dimanche soir - BFMTV

Benoît Hamon qui parle avant la fin du discours de Manuel Valls, la prise de parole de l'ancien Premier ministre coupée, l'antenne rendue pendant l'intervention du vainqueur de la primaire à gauche... Couacs en série pour la soirée électorale de dimanche.

Soirée politique raccourcie et émaillée de couacs à la télévision dimanche soir. Le traitement du second tour de la primaire à gauche, qui a vu Benoît Hamon l'emporter largement sur Manuel Valls, par TF1 France 2 n'a pas fait l'unanimité. De nombreux internautes ont regretté sur les réseaux sociaux que les discours des deux candidats aient été coupés, voire passés à la trappe.

"On a pris la parole un peu tôt"

D'abord, le vainqueur de la consultation a pris la parole avant même que son concurrent malheureux n'ait terminé de prononcer son discours. Depuis son QG de campagne, Benoît Hamon s'est ensuite excusé d'avoir coupé Manuel Valls. "On a pris la parole un peu tôt, je voudrais m'excuser auprès de ses équipes", a-t-il reconnu.

"France 2 lui a donné le signal que Manuel Valls avait fini, or, ce n'était pas le cas. Sinon il ne l'aurait jamais interrompu", a confié à BFMTV.com une membre de l'équipe de Benoît Hamon. Le député des Hauts-de-Seine Alexis Bachelay, porte-parole du vainqueur de la primaire, s'est justifié dimanche en assurant que c'était "une erreur de France 2" et qu'il le regrettait "vivement". "France 2 a lancé la diffusion sans attendre la fin de l'autre intervention", s'est-il défendu sur Twitter.

Des raisons de "timing"

Un proche du candidat a par ailleurs confié à BFMTV que cet incident embarrassait l'équipe du candidat socialiste pour la présidentielle. "C'est un bug technique, nous n'étions pas au courant que Manuel Valls était en train de parler", a-t-il glissé. Pourtant, des écrans de télévision retransmettaient le discours de Manuel Valls dans la salle de la Mutualité. 

Pour Régis Juanico, député proche de Benoît Hamon interrogé par LCI, si l'ancien ministre de l'Éducation nationale n'a pas attendu, c'était pour des raisons de "timing" et pour qu'il puisse se rendre au plus vite au siège du Parti socialiste afin de rencontrer Manuel Valls, rapporte Le Lab

Retour en plateau pendant Valls

Deuxième incident: avant même que Benoît Hamon ne prenne la parole, le discours de l'ancien Premier ministre est interrompu sur France 2. Six minutes après avoir commencé à parler, Manuel Valls est coupé par Laurent Delahousse. Le présentateur du JT fait alors un point au QG de Benoît Hamon.

Puis retour plateau avec l'acteur Jacques Weber et l'ancienne présidente du Medef Laurence Parisot, invités pour commenter ce second tour. (Dans la première partie du journal, Aurélie Filippetti, ancienne ministre de la Culture, Gérard Collomb, maire PS de Lyon, et Leila Chaibi, membre du Parti de gauche et soutien de Jean-Luc Mélenchon, étaient présents).

Eve Demumieux, directrice de la communication de l'information de France Télévisions, assure à BFMTV.com que ce sont "les aléas des soirées électorales". Elle rappelle que France Télévisions "a consacré beaucoup de temps à la primaire de la gauche et a diffusé deux débats".

Le discours de Benoît Hamon interrompu

Trois minutes plus tard, Benoît Hamon prend la parole. Mais son discours est également interrompu, quatre minutes après avoir commencé à parler. À nouveau, retour plateau avec les commentaires des deux invités qui concluent le journal. France 2 rend alors l'antenne sans avoir diffusé la fin du discours du vainqueur de la primaire. "On a renvoyé vers France Info", indique Eve Demumieux.

"On a coupé Manuel Valls parce qu'on a cru que Benoît Hamon allait démarrer son discours. Le timing des prises de parole est difficilement anticipable. Et nous avons interrogé nos invités le temps que Benoît Hamon prenne la parole. On a coupé Benoît Hamon car on devait rendre l'antenne. Nous avions prévu une soirée plus courte qu'au premier tour, où il y avait plus d'intervenants. Nous avions annoncé une soirée électorale de 19h45 à 21h05, on s'y est tenu."

"La suite des programmes était calée"

Autre objet de critique: TF1 a coupé le discours de Manuel Valls pour rendre l'antenne avant même que ce dernier n'ait terminé son allocution. La chaîne n'a ainsi pas diffusé la réaction de Benoît Hamon. Alors que l'ancien Premier ministre parlait depuis deux minutes, retour plateau. "Et vous retrouverez plus largement les propos de Manuel Valls dans nos éditions de demain", conclut Anne-Claire Coudray, la présentatrice du journal.

"Nous avions une édition spéciale jusqu'à 20h55 qui était prévue initialement dans la grille des programmes, comme pour le premier tour dimanche dernier et la primaire de la droite, a assuré à BFMTV.com le service communication de TF1. C'était une édition spéciale du JT qui a été rallongée mais qui n'allait pas au-delà de 20h55. Nous avons gardé l'antenne pour avoir les réactions et les prises de parole. Au-delà d'un certain timing, la suite des programmes était calée. Les téléspectateurs pouvaient suivre la soirée électorale sur LCI."

Lors du premier tour de la primaire à gauche, TF1 n'avait diffusé aucun discours, ayant rendu l'antenne juste avant la première interventionLors de la primaire à droite les 20 et 27 novembre dernier, la chaîne avait fait de même et avait rendu l'antenne après un journal rallongé, sans avoir diffusé les discours des candidats.

Céline Hussonnois-Alaya