BFMTV

Parti socialiste: la fédération du Gard mise sous tutelle

La façade du Parti socialiste, rue Solférino, à Paris.

La façade du Parti socialiste, rue Solférino, à Paris. - -

Le Bureau national, l'instance dirigeante du Parti socialiste, a annoncé mardi la mise sous tutelle de la Fédération du Gard du parti, qui sera conduite par Emeric Bréhier.

Le bureau national du parti socialiste a décidé mardi de mettre sous tutelle de la fédération du Gard. Les instances locales sont donc démises de leurs fonctions et un nouveau premier secrétaire, Eymeric Brehier, secrétaire national du PS à la formation militante et à la rénovation, est nommé.

Cette mise sous tutelle intervient alors qu'une enquête préliminaire a été ouverte le mois dernier sur la comptabilité de la fédération socialiste du Gard. Un collectif socialiste gardois avait demandé, également en juin, la mise en place en urgence d'une direction collégiale à la tête de cette fédération afin d'encadrer le premier secrétaire, Stéphane Tortajada.

Une direction collégiale bientôt formée

"Emeric Brehier sera amené à travailler avec l'ensemble des responsables socialistes locaux en coordination avec Stéphane Tortajada, avec qui il animera une direction collégiale afin de préparer les Etats généraux de la Fédération", explique le Bureau national du PS.

Ces Etats généraux au niveau des fédérations s'inscrivent dans le cadre de la "feuille de route" élaborée par le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, dans la perspective du prochain congrès du Parti Socialiste, en 2015.

Cette décision de mise sous tutelle "fait suite à la mission d'information sur le fonctionnement de la fédération du Gard, qui avait été mise en place par le Bureau national", en avril dernier, précise le communiqué.

Au Premier secrétaire: "qu'il nous explique ses dépenses"

L'enquête préliminaire sur la comptabilité de la fédération du Gard a été ouverte par le parquet de Nîmes, après deux plaintes déposées fin février et début avril. Les investigations sont menées par la division économique et financière du SRPJ de Montpellier.

Selon un constat établi par le trésorier fédéral et la commission fédérale de contrôle financier, "des dépenses faites par le Premier secrétaire fédéral au nom de la fédération seraient particulièrement élevées, non justifiées et contraires à l'intérêt de celle-ci", avait notamment expliqué la fédération, précisant que les comptes "n'avaient pas été validés".

"On a toujours demandé au Premier secrétaire qu'il nous explique ses dépenses, ce qui nous a toujours été refusé", avait précisé l'un des responsables.

D. N. avec AFP