BFMTV

Les véhicules anciens interdits à Paris à compter du 1er juillet 2016, annonce Hidalgo

Anne Hidalgo sur BFMTV, le 10 janvier.

Anne Hidalgo sur BFMTV, le 10 janvier. - BFMTV

La maire de Paris et conseillère régionale d'Ile-de-France Anne Hidalgo était mardi matin l'invitée de Jean-Jacques Bourdin en direct sur BFMTV et RMC.

Invitée mardi matin sur BFMTV et RMC, la maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé que les véhicules anciens, datant d'avant 1997, ne seront plus autorisés à circuler dans Paris à compter du 1er juillet 2016, alors que le Conseil de Paris a adopté lundi le plan antipollution, un ensemble de mesures d'incitation et d'interdiction progressive de certains moyens de transport, qui commenceront à entrer en vigueur dès juillet 2015.

> En 2020, seuls les véhicules pastillés circuleront dans Paris

"Il y a une préoccupation de santé publique et on ne peut plus se donner toutes les bonnes raisons de ne pas agir", a justifié l'élue socialiste. "La situation est très grave à Paris et dans la métropole parisienne, car il y a une pollution qui génère beaucoup de problèmes de santé. (...) Il faut agir, il faut sortir de cette situation du tout diesel et des vieux véhicules", a martelé Anne Hidalgo.

Dans cinq ans, "seuls les véhicules pastillés", affichant la fameuse pastille verte, pourront circuler dans la capitale, a-t-elle par ailleurs indiqué. Dès le 1er juillet 2015, la circulation des cars et des poids lourds les plus polluants sera interdite dans Paris. 

> Vers une extension des horaires du métro parisien?

La maire de Paris s'est également prononcée "pour l'extension des horaires du métro" parisien, "qui pourraient fonctionner toute la nuit", estimant que "le transport en commun est une solution alternative" à l'usage de la voiture. 

"Ce n'est pas la ville de Paris qui en décide, c'est la RATP", a nuancé Anne Hidalgo. "Ce que j'ai demandé à la RATP et au président de la région Ile-de-France, c'est de permettre chaque année de gagner une heure", a-t-elle précisé. A la question de savoir si cela sera effectif un jour, la maire de Paris a assuré: "Je me bats pour que ça le soit. Et j'ai demandé, parce qu'il faut être pragmatique, à ce que l'on démarre par les lignes de métro automatiques (les lignes 1 et 14, NDLR), où il y a moins de personnel engagé". "A Paris l'essentiel des déplacements se fait en transports en commun et il faut privilégier les transports en commun", a insisté Anne Hidalgo,

La maire de Paris a également précisé avoir proposé que tous les véhicules hybrides rechargeables et électriques aient la possibilité de stationner gratuitement dans Paris, dans le cadre de l'incitation à utiliser des solutions de transport alternatives. Une mesure votée lundi par le Conseil de Paris. 

> Sur une candidature parisienne aux JO: "je vais consulter"

Alors que 73% des Français se disent favorables à l'organisation des Jeux olympiques de 2024 à Paris, selon un sondage CSA pour Direct Matin, Anne Hidalgo reste réservée sur ce dossier. "Ce n'est pas une réserve, j'adore les Jeux et j'adore le sport. Mais vous voyez ma méthode: je suis pragmatique, je mets d'abord les choses sur la table, j'étudie, et si, sur la candidature des Jeux, on est en capacité de gagner, on y va", a-t-elle expliqué.

"Cette semaine, je reçois le mouvement olympique français, qui a fait un travail qu'il va me présenter, sur les forces et les faiblesses d'une candidature parisienne. Je vais examiner cela, je vais consulter", a assuré la maire de Paris. "Les Franciliens y sont très favorables. En revanche, il faut aborder les choses avec sérieux car aucune ville ayant organisé les Jeux ne s'y est retrouvée. Si on allait vers les Jeux olympiques, je ne veux pas que cela se fasse au détriment de ce pour quoi je me suis engagée (...) Aujourd'hui, mon inclinaison est plutôt sur le sport et sur les Jeux, mais je ne veux pas faire n'importe quoi".

Adrienne Sigel