BFMTV

Le PS juge "troublantes" les activités d'avocat de Guéant en Afrique

Les activités de "conseil privé" de l'ancien secrétaire général de l'Elysée pour des Chefs d'Etat africains posent problème, estime le PS.

Les activités de "conseil privé" de l'ancien secrétaire général de l'Elysée pour des Chefs d'Etat africains posent problème, estime le PS. - -

Dans un communiqué publié mardi, le Parti socialiste s'interroge sur les activités de "conseil privé" pour des Chefs d'Etat africains de l'ancien secrétaire général de l'Elysée.

En pleine polémique sur les 500.000 euros sur le compte de Claude Guéant, le Parti socialiste s'en prend mardi aux activités actuelles de "conseil privé" pour des Chefs d'Etat africains de l'ancien secrétaire général de l'Elysée.

Des activités d'avocat "troublantes" selon le PS, qui qualifie par ailleurs d'"ubuesques" ses explications au sujet de primes qu'il a déclaré avoir reçues au ministère de l'Intérieur.

Conflits d'intérêt?

Evoquant l'article en Une du Monde daté du 8 mai (article payant) sur les activités d'avocat de Claude Guéant en Afrique, Eduardo Rihan-Cypel, porte-parole du Parti socialiste, considère "pour le moins inquiétant qu'un ancien collaborateur du président Sarkozy puisse opérer dans le conseil privé pour des puissances étrangères alors qu'il a pu détenir des informations d'intérêt d'Etat et classées "secret défense" dans le cadre de ses fonctions de secrétaire général de l'Elysée".

"Est-ce normal? Pourrait-il y avoir des conflits d'intérêt?" demande le porte-parole dans un communiqué.

"Les activités d'avocat de Claude Guéant posent problème. Vend-il aux chefs d'Etat africains de la connaissance ou de l'influence? Nous sommes en droit de nous poser la question", poursuit Eduardo Rihan-Cypel.

Primes: explications "troublantes"

"Et ce d'autant plus que cette pratique semble courante parmi les proches de Nicolas Sarkozy", écrit encore le porte-parole. François "Fillon vient de créer sa société de conseil et réalise beaucoup de voyages à l'étranger, notamment en Russie récemment. Est-il rémunéré, et par qui, lors de ses nombreux voyages? Nicolas Sarkozy lui-même facture des conférences à l'étranger, notamment pour des banques alors qu'il pense chaque jour à l'élection présidentielle" de 2017, ajoute-t-il.

Quant aux explications fournies par Claude Guéant au sujet des primes qu'il dit avoir perçues jusqu'en 2006, le porte-parole considère qu'elles "deviennent troublantes tellement elles paraissent ubuesques". "Plusieurs questions restent en suspens", note-t-il, comme celle de savoir "qui a pris la décision de verser ces primes à Claude Guéant qui était alors directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy" au ministère de l'Intérieur.

Pour justifier la découverte de factures réglées en espèces pour un montant, selon lui, de 20.000 à 25.000 euros lors d'une perquisition le visant en février, l'ancien ministre assure avoir touché en liquide des primes correspondant à des "frais de police", officiellement dénommés "frais d'enquête et de surveillance".


À LIRE AUSSI:

>> Guéant aurait interdit les primes dont il dit avoir bénéficié
>> Primes: la défense de Guéant mise à mal >> Primes de Guéant: l'Intérieur diligente une enquête administrative