BFMTV

Désir: l'interdiction du voile à l'école "pas remise en cause"

Harlem Désir sur le plateau de BFM Politique

Harlem Désir sur le plateau de BFM Politique - -

Le premier secrétaire du Parti socialiste prend ses distances avec le rapport polémique publié sur le site de Matignon qui propose une politique repensée de l'intégration.

"Il est hors de question de remettre en cause l'interdiction des signes religieux à l'école", insiste le premier secrétaire du Parti socialiste Harlem Désir, invité d'Apolline de Malherbe sur BFM Politique dimanche.

Il prend ses distances avec la philosophie du fameux rapport explosif publié sur le site de Matignon. Remis au Premier ministre le 13 novembre, ce dernier propose une "politique repensée" de l'intégration axée sur l'égalité des droits et la lutte contre les discriminations.

Ces positions ne peuvent pas être acceptées par le parti socialiste, ni par le gouvernement. "C'est pourquoi l'exploitation de Monsieur Copé a été outrancière", insiste-t-il. Selon lui, la remise d'un rapport par des experts, comme il y en a souvent, n'engage pas le gouvernement.

Le rapport insiste sur les différences particulières

"Je ne me reconnais pas dans la philosophie de ce rapport", poursuit Harlem Désir avec fermeté. Selon lui, il adopte une vision plutôt anglo-saxonne, insistant sur les différences entre les populations. Il met d'abord en valeur les identités particulières, menant à une cohabitation de communautés.

Harlem Désir insiste sur certains fondements du modèle républicain d'intégration à la française qu'il ne faut pas remettre en question. La France a, d'après lui, su s'enrichir de l'apport d'immigrants qui sont venus depuis le XIXe siècle."Evidemment qu'il existe des problèmes de discrimination. Des études sont menées sur l'accès à l'emploi, quand on envoie des CV à l'entreprise", poursuit-il. Le combat pour l'intégration n'est pas terminé.

L. B.