BFMTV

Congrès PS : le droit de vote des étrangers, un sujet qui divise

Les ténors socialistes réunis à Toulouse, samedi 27 octobre

Les ténors socialistes réunis à Toulouse, samedi 27 octobre - -

Les socialistes sont divisés sur la stratégie à adopter face à cette promesse du candidat Hollande. Des divergences de vues que les ténors du PS n'ont pas cachées samedi au congrès de Toulouse.

Une promesse de campagne emblématique, mais une mesure qui dérange. Le calendrier pour la réforme du droit de vote des étrangers n'a toujours pas été fixé et au PS, certains s'en impatientent. Samedi, au congrès de Toulouse, l'ex-première secrétaire Martine Aubry et le ministre délégué à l'économie sociale et solidaire Benoît Hamon ont pressé François Hollande de tenir son engagement de campagne.

Alors que la maire de Lille faisait part de sa "tristesse", Benoît Hamon, lui, a exprimé son désir d'aller "faire campagne" dans les rangs parlementaires. Car le problème, c'est que les socialistes ne disposent pas de la majorité des 3/5e au Parlement pour faire adopter la réforme, qui nécessite une modification de la Constitution.

"Perdu d'avance"

Pour le maire de Lyon Gérard Collomb, il serait donc hasardeux de faire passer une mesure "perdue d'avance". Surtout à un moment où le gouvernement subit les railleries de ses adversaires pour ses nombreux couacs et revirements.