BFMTV

Droit de vote des étrangers : le gouvernement temporise

Le droit de vote figure au programme du PS depuis 1981.

Le droit de vote figure au programme du PS depuis 1981. - -

Najat Vallaud-Belkacem a exprimé mardi ses "doutes" sur la mise en application pour les municipales de 2014 du droit de vote étrangers aux scrutins locaux. Une réforme emblématique pour la gauche, promise par François Hollande avant son élection.

Durant la campagne électorale, un calendrier avait été fixé pour le droit de vote des étrangers : un vote au printemps pour une mise en application dès les municipales de 2014, avait affirmé François Hollande.

Ce programme n’est visiblement plus à l’ordre du jour, comme l’a laissé entendre mardi la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem : "J'avoue avoir quelques doutes, parce que cela signifierait que nous adoptions le texte d'ici le printemps 2013", a-t-elle déclaré. "Aujourd'hui, il est prématuré de parler d'un calendrier, y compris pour répondre sur la question de 2014".

La droite, qui avait lancé en septembre une pétition sur le sujet, se frotte les mains. Le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale Christian Jacob pense que "les Français ne sont pas prêts d'accepter cet engagement choquant. C’est sans doute la raison pour laquelle le gouvernement envisage de faire marche arrière". "Ils sont incapables de le faire voter, renchérit Lionnel Luca, député UMP des Alpes-Maritimes. Quand on n’a pas la majorité des trois cinquièmes pour le faire voter, on fait un référendum. On va devant le peuple !"

Inscrit au programme du PS depuis 1981

Un référendum qui serait très périlleux pour François Hollande. Faute d’une majorité suffisante pour modifier la Constitution, le gouvernement pense donc à reporter le texte.

Dans la majorité, la pilule a du mal à passer pour certains. Philippe Martin, député du Gers reconnaît que "Najat a dit ce qu’elle avait à dire, mais nous, nous sommes partisans que cette question vienne sur la table". Le député écologiste Noël Mamère lui, remarque que "si cette loi ne passe pas avant 2014, elle sera repoussée aux calendes grecques".

Le droit de vote pour les étrangers est inscrit au programme du Parti socialiste depuis 1981. Le PS n’est jamais parvenu à faire adopter le droit de vote pour les étrangers.