BFMTV

Claude Bartolone "pas opposé" à la suppression de certaines allocations familiales

Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, sur le plateau de BFMTV le 31 mai 2013

Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, sur le plateau de BFMTV le 31 mai 2013 - -

Après avoir successivement égratigné Michel Sapin et Bruxelles jeudi, le président de l'Assemblée nationale a évoqué les mauvais chiffres du chômage et la possibilité de supprimer les allocations familiales, vendredi matin sur BFMTV.

Après la publication jeudi soir de nouveaux chiffres désastreux sur le chômage en France, Claude Bartolone a soutenu vendredi François Hollande qui continue de s'engager sur une inversion de la courbe du chômage d'ici à la fin de l'année.

"Il a raison. S'il y a un sujet sur lequel il faut montrer du volontarisme, c'est sur cette question du chômage. On ne peut pas être simplement spectateur, on doit être acteur", a soutenu Claude Bartolone sur BFMTV, égrainant les emplois d'avenir et le contrat de génération. "Il faut tout essayer", a-t-il encore martelé.

Echange musclé avec Michel Sapin

Puis, Claude Bartolone est revenu sur son échange musclé avec Michel Sapin, qui avait estimé dans Le Monde que "les collectivités locales ne faisaient pas assez d'efforts" au sujet des emplois d'avenir. Une sortie qui avait fait bondir Claude Bartolone jeudi. "Je ne voudrais pas que le ministre du Travail fasse passer l'insuffisance de ses services sur le dos des collectivités locales", avait-il alors réagi, en marge d'un déplacement à Saint-Rémy-de-Provence, rapporte La Provence. "Il faut changer de ton, parce que ce genre d'attitude peut conduire au divorce."

"Nous avons échangé par SMS, je lui ai dit que c'était injuste de dire cela. Et nous avons convenu d'en rester là et de nous mettre au travail", a expliqué Claude Bartolone vendredi matin sur BFMTV .

Favorable à la suppression des allocations familiales

Enfin, alors que le gouvernement planche actuellement sur une réforme des prestations familiales, notamment sur une modulation du quotient familial, Claude Bartolone a défendu une position très tranchée à ce sujet. Le président de l'Assemblée se dit ainsi "pas opposé" à la suppression pure et simple des allocations familiales pour les plus hauts revenus. Les allocations familiales "peuvent être un plus dont certaines familles n'ont pas besoin", a-t-il invoqué.

Sandrine Cochard