BFMTV

Cambadélis: la primaire à gauche reste une "possibilité" pour 2017

Si la possibilité d'une primaire ne figure pas dans la motion, elle reste "une possibilité", assure Jean Christophe Cambadélis. La décision devra être prise à l'automne 2016.

Jean-Christophe Cambadélis, élu jeudi premier secrétaire du Parti socialiste, a annoncé vendredi que la question de la primaire à gauche en vue de 2017 serait tranchée "à l'automne 2016".

La primaire de désignation du candidat pour l'élection présidentielle de 2017 "ne figure pas dans la motion (majoritaire, NDLR), mais elle reste une possibilité. Nous avons les mains libres, il y aura un conseil national à l'automne 2016 pour trancher cette décision", explique Jean-Christophe Cambadélis dans Le Monde daté de samedi.

Les statuts du PS prévoient pour l'heure le "principe" de "primaires citoyennes" pour la désignation du candidat à l'Elysée.

Un processus de rassemblement

"Nous devons nous demander ce qui est le plus efficace pour notre candidat. Est-ce de passer ou non par une primaire si c'est le président de la République qui se présente, ce que j'appelle de mes voeux ?", a-t-il développé.

Jean-Christophe Cambadélis dit également souhaiter "commencer un processus de rassemblement qui débutera par l'université d'été de La Rochelle, en août. Nous proposerons à nos partenaires de la coorganiser. Cela s'adressera aux écologistes, aux radicaux, au MRC et aux communistes, même si je ne pense pas que ces derniers acceptent".

"Un mouvement de la base"

Ensuite, "nous créerons des collectifs départementaux pour poursuivre le débat. L'objectif est de dépasser le PS et les partis par un mouvement de la base pour faire une grande alliance populaire. Nous organiserons une convention en novembre 2016 de cette alliance populaire qui adoptera un schéma directeur, pour la prochaine présidentielle", a poursuivi Jean-Christophe Cambadélis.

Le premier secrétaire du PS, élu jeudi avec plus de 70% des voix, entend par ailleurs mettre en place une direction "paritaire et aux couleurs de la France".

la rédaction avec AFP