BFMTV

Cambadélis garde les clés du PS face aux frondeurs

Jean-Christophe Cambadélis est officiellement élu premier secrétaire du PS, ce jeudi soir.

Jean-Christophe Cambadélis est officiellement élu premier secrétaire du PS, ce jeudi soir. - Martin Bureau - AFP

Sans grande surprise, Jean-Christophe Cambadélis est élu premier secrétaire du Parti socialiste après le second vote des militants avec un score qui devrait dépasser les 70% des voix. Son adversaire, le "frondeur" Christian Paul, a reconnu sa défaite, tandis que la participation avoisine les 50%.

Ce n'est pas une surprise. Mais c'est désormais quasiment officiel. Jean-Christophe Cambadélis, porteur de la motion "A" du Parti socialiste, devrait être élu premier secrétaire du Parti socialiste (PS) avec "plus de 70%" des voix, a annoncé ce jeudi soir Christophe Borgel, responsable PS des élections, auprès de BFMTV et de l'Agence France-Presse (AFP).

"Jean-Christophe Cambadélis devrait faire un score au-dessus de 70%" des voix, a affirmé Christophe Borgel au siège du PS rue de Solférino, soulignant qu'il s'agissait de résultats partiels portant sur "le dépouillement dans plus de 50% des sections".

Entre 49 et 50% de participation

La participation est "de 49 à 50%, a-t-il ajouté". 131.000 militants étaient appelés à voter.

Jean-Christophe Cambadélis, dont la motion, signée par la quasi-totalité des ministres et Martine Aubry, était arrivée largement en tête la semaine dernière, était assuré d'être élu face au député "frondeur" Christian Paul.

Ce dernier a reconnu sa défaite auprès de nos équipes, avant de féliciter son adversaire pour sa victoire.

"Je félicite de sa désignation Jean-Christophe Cambadélis, notre premier secrétaire pour la période qui s'ouvre", a déclaré Christian Paul, estimant que les "résultats (étaient) partiels mais significatifs".

Rendez-vous à Poitiers

Le rendez-vous de Poitiers (5 au 7 juin) entérinera les votes de ce jeudi et du 21 mai. Ce sera aussi l'élection des deux-tiers des membres du conseil national (parlement), au prorata du score obtenu par chaque motion. L'occasion de tractations tous azimuts, y compris à l'intérieur de chaque motion, afin que chaque sensibilité ou sous-courant soit représenté.

Karine Berger, première signataire de la motion qui se voulait "non alignée", a affirmé pour sa part qu'elle ne participerait pas personnellement à la future direction du parti (le secrétariat national, gouvernement du parti). Dans les couloirs, certains évoquent mezzo-voce d'autres tractations: celles en vue d'un éventuel remaniement gouvernemental avant ou après l'été.

A noter enfin qu'en Ile-de-France, les militants étaient aussi appelés, lors du vote jeudi soir, à dire s'ils approuvent la désignation de Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale comme tête de liste pour les régionales de décembre. Il est désormais unique candidat depuis que Jean-Paul Huchon et Marie-Pierre de la Gontrie se sont désistés.

Jé. M. avec AFP et Adrien Gindre