BFMTV

Attentat de Nice: relaxe pour une policière accusée de diffamation par Cazeneuve

-

- - AFP

Sandra Bertin, la policière municipale qui avait dit subir des pressions de la part du ministère de l'Intérieur après l'attentat de Nice, a été relaxée.

Sandra Bertin, policière municipale niçoise accusée de diffamation par l'ancien ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve après l'attentat du 14 juillet 2016 sur la promenade des Anglais, a été relaxée ce jeudi par le tribunal correctionnel de Paris, au bénéfice de la bonne foi.

La policière avait affirmé avoir subi des "pressions" de la part du ministère de l'Intérieur, notamment pour modifier son rapport sur le dispositif policier en vigueur le soir de l'attentat.

Relaxée au bénéfice de la bonne foi

Elle avait raconté qu'un "commissaire de police", envoyé selon elle par le ministère de l'Intérieur, et une autre personne lui ayant dit au téléphone, affirme-t-elle, faire partie du cabinet ministériel, de lui avoir demandé "de faire apparaître sur certains endroits des positions de la police nationale" et de rédiger un rapport "modifiable".

En réalité, elle a "pu en toute bonne foi", "fatigue physique et nerveuse" aidant, "interpréter de manière erronnée la demande" d'une commissaire à la Direction centrale de la sécurité publique, selon le tribunal.

S.Z avec AFP