BFMTV

Pour dénoncer la baisse des APL, La France insoumise apporte des pâtes à l'Assemblée

Le débat sur la baisse des aides au logement se poursuit à l'Assemblée nationale. Lors de la séance des questions au gouvernement, Alexis Corbière, élu de La France insoumise, a vivement interpellé l'exécutif à ce sujet.

Alexis Corbière est venu à l'Assemblée avec son panier de courses. Le député de La France insoumise a interpellé le gouvernement ce mercredi à l'Assemblée nationale au sujet de la baisse des APL, les aides au logement. Et il l'a fait avec une certaine mise en scène.

Au moment de poser sa question, son collègue Jean-Luc Mélenchon a sorti un sac de courses, déballant sachets de pâtes, sauce tomate, pain de mie, etc. "J'ai fait les courses ce matin monsieur le Premier ministre, voilà ce que vous supprimez tous les mois aux plus démunis", a lancé Alexis Corbière.

"Avez-vous calculé le nombre de pauvres supplémentaires que vous allez fabriquer?", a martelé l'élu de La France insoumise. "Votre politique c'est s'en prendre aux plus pauvres, et donner aux plus riches", a-t-il poursuivi.

Une réforme à l'automne

"Démagogie", a répondu en substance le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin. "Personne n'a le monopole du cœur mais certaines semblent avoir le monopole de la démagogie", a-t-il lancé, sous les applaudissements d'une partie de la majorité. "Les économies que nous allons faire, c'est l'augmentation de 100 euros de l'allocation adulte handicapé, du minimum vieillesse, ce qui n'a jamais été fait", a justifié le ministre.

Depuis le début du débat, après l'annonce de cette baisse des APL, le gouvernement a annoncé, pour l'automne, une "réforme globale des aides personnelles au logement". "Nous avons un budget d'APL de 19 milliards d'euros, un budget d'aides au logement de 30 milliards d'euros, ce qui est le record en Europe, avec en corollaire: pas suffisamment de logements et des loyers trop importants. Il y a donc un problème", avait déclaré Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires.

Ivan Valerio