BFMTV

"Parent 1" et "parent 2": une députée LaREM a la solution pour mettre tout le monde d'accord

Des élèves arrivent à l'école le jour de la rentrée à La Rochelle, le 4 septembre 2017.

Des élèves arrivent à l'école le jour de la rentrée à La Rochelle, le 4 septembre 2017. - Xavier Leoty - AFP

En réponse à la polémique autour de l'inscription de "Parent 1" et "Parent 2" sur les formulaires scolaires, une députée LaREM propose deux cases "père" et deux cases "mère" à cocher au choix.

Un amendement du projet de loi "pour une école de la confiance" a fait vivement réagir après son adoption mardi à l'Assemblée. En cause, l'aspect "déshumanisant" pour certains de remplacer les mentions "père" et "mère" sur les formulaires scolaires par "parent 1" et "parent 2". 

Pourtant, cela vise à "ancrer dans la législation la diversité familiale des enfants dans les formulaires administratifs soumis à l'école", expliquait la députée LaREM Valérie Petit, à l'origine de l'amendement. Notamment pour permettre de retranscrire la réalité des familles homoparentales. 

Pourtant, l'association des familles homoparentales (AFDH), après avoir "salué l'amendement (...) dans un premier temps", a dit craindre "une hiérarchie parentale" entre le "parent 1" et le "parent 2". La présidente de la Manif pour tous Ludovine de la Rochère a elle qualifié le texte "d'absolument déshumanisant". 

Co-rapporteure du projet de loi, la députée Anne-Christine Lang compte proposer un autre amendement en seconde lecture du texte, rapporte L'Opinion ce vendredi. Celui-ci proposerait, au lieu d'une case "père" et une case "mère" sur les formulaires, deux de chaque. Cela permettrait aux couples hétérosexuels comme homosexuels de rendre compte de la réalité de leur famille auprès de l'administration scolaire.

Liv Audigane