BFMTV

Nice: Estrosi assure s'être "conformé à la loi sur les cumuls" des mandats

Invité de BFM Politique ce dimanche, Christian Estrosi a été chahuté par un message laissé par un auditeur de RMC. Ce dernier lui reprochait d'être en quelque sorte un maire de Nice bis, et de cumuler des fonctions municipales importantes en plus de celles liées à son mandat de président du Conseil régional de Paca.

L'ambiguïté irrite ou fait sourire depuis le 13 juin dernier. Ce jour-là, Christian Estrosi, nouvellement élu président du Conseil régional de Paca, remettait ses pouvoirs de maire de Nice à son premier adjoint, Philippe Pradal, dont il prenait en même temps le poste initial. Mais en six mois, l'ancien ministre de François Fillon n'a jamais semblé avoir assimilé l'idée qu'il n'était plus l'édile de la cité azuréenne.

Il n'y a qu'à l'entendre prononcer les expressions suivantes: "ma ville", "mes administrés", pour se convaincre de l'état d'esprit de Christian Estrosi. 

"Qui a été élu maire par les Niçois?"

Invité de BFM Politique ce dimanche, il a dû répondre de cette étrangeté. Lionel, 38 ans, lui-même résident des Alpes-maritimes car vivant à Grasse, a laissé un message sur le répondeur de RMC. Il y détaille les fonctions que Christian Estrosi continue d'exercer dans le conseil municipal (parmi lesquelles on trouve la sécurité, les finances, la voirie) avant de demander quelle était la place réelle de Philippe Pradal? 

Le président du Conseil régional de la région Provence-Alpes-Côtes d'Azur répond qu'il ne fait qu'observer le suffrage des Niçois à l'élection municipale de 2014:

"Qui a été élu maire de Nice par les Niçois? Je l’ai été, j’ai pris des engagements jusqu’en 2020... J’avais un formidable premier adjoint, il est aujourd’hui le maire, respecté en tant que tel, et en même temps, nous formons une équipe, un tandem. Je me suis conformé à la loi sur les cumuls. J’ai fait le choix de mon territoire, de rester le président de la région tout en conservant des responsabilités importantes dans ma ville. Je crois être totalement soutenu par mes administrés tant régionaux que municipaux."

Christian Estrosi botte en touche...ou plutôt en Bretagne

Et l'homme politique a demandé à ses interlocuteurs de regarder ailleurs...et en l'occurrence du côté de Jean-Yves Le Drian, président du Conseil régional de Bretagne et ministre de la Défense:

"Ne trouvez-vous pas choquant que le président de la région Bretagne, alors que nous sommes en guerre et qu’il y a des attentats de partout, soit ministre de la Défense? Pourquoi plus moi que monsieur Le Drian?"

R.V.