BFMTV

Négoce en vins, kiné, impôts, loyers, PV: les casseroles de Thomas Thévenoud

Thomas Thévenoud pose dans la cour de l'Assemblée nationale, le 30 octobre 2012.

Thomas Thévenoud pose dans la cour de l'Assemblée nationale, le 30 octobre 2012. - Thomas Samson - AFP

Kiné, société de négoce en vins, impôts, loyers, procès-verbaux… Les révélations s'accumulent au sujet de Thomas Thévenoud, et accentuent la pression sur le député PS qui refuse toujours de démissionner. Que lui est-il reproché? BFMTV.com fait le point.

Thomas Thévenoud n'en a pas fini avec les justifications. S'il s'est expliqué sur ses impôts, non payés pendant quelques années avant d'être régularisés, le député, ancien secrétaire d'Etat, voit chaque jour paraître de nouvelles révélations. Que lui est-il reproché, et quelle est sa ligne de défense?

Les impôts

Les retards fiscaux s'étalent sur trois ans. Selon les dires de Thomas Thévenoud, interrogé par le Journal de Saône et Loire, il a déclaré ses revenus en retard pour 2012 mais tout serait réglé, "pénalités comprises". Faute d'une déclaration en 2013, il a fait l'objet d'une mesure de taxation d'office par l'administration fiscale pour un montant de plus de 41.000 euros, dont 12.593 euros de pénalités. Et pour 2014, "la déclaration a été déposée en retard et j'attends maintenant l'envoi de mon avis d'imposition", selon lui.

"Il s'agit uniquement de problèmes de déclaration et de retards de paiement", précise-t-il au journal local. "Je n'ai jamais fait de fausses déclarations, jamais dissimulé des revenus ou des éléments de mon patrimoine. Je n'ai jamais trompé l'administration fiscale qui connaissait parfaitement ma situation", jure Thomas Thévenoud.

Car l'ancien secrétaire d'Etat l'assure: il a fini par régulariser sa situation. "J'ai toujours fini par m'acquitter de mes impôts, et je suis désormais à jour de mes obligations. Je ne suis pas un fraudeur, je suis un contribuable négligent", affirme-t-il. Sceptique, l'UMP a réclamé une enquête fiscale.

  • L'entreprise

Outre ses revenus, le député a omis de déclarer une entreprise individuelle créée un jour avant son élection en tant que député. Elle était destinée, selon lui, à "rémunérer la femme de ménage de sa permanence". C'était, toujours selon ses dires, "la seule solution" qu'il ait trouvée à l'époque. Cette structure n'a pas été déclarée auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, selon Metronews.

Ce à quoi Thomas Thévenoud répond n'avoir "jamais gagné d'argent avec cette entreprise", qui n'était pas une entreprise de conseil. Pour lui, la non-déclaration de cette société n'est "pas un sujet". Il affirme par ailleurs qu'elle a été dissoute depuis.

Les loyers

Le Canard enchaîné daté de mercredi relance la polémique. En plus de ses impôts, Thomas Thévenoud aurait omis de payer… ses loyers. Il l'a même reconnu auprès de BFMTV. "Oui, il y a eu des impayés. Mais nous avons payé, nous avons tout réglé", avoue-t-il, joint par BFMTV. "Mais c'était avant mon élection à l'Assemblée nationale", précise-t-il.

Les PV

Le Parisien enfonce le clou. Mercredi matin, le quotidien, qui s'est rendu sur les terres du député Thévenoud, en Saône-et-Loire, rapporte des rumeurs. "Les avis d'impayés arrivent, paraît-il, à la mairie de Montceau (où Thévenoud fut adjoint). A la communauté urbaine, certains se souviennent alors que Thévenoud avait pris la mauvaise habitude de ne pas payer les amendes de la voiture de fonction lorsqu'il était vice-président" du Conseil général de Saône-et-Loire.

Le kiné

Thomas Thévenoud aurait réglé une séance de kinésithérapie pour ses filles sous la contrainte d'un huissier, après deux ans d'impayé, a révélé le Journal de Saône-et-Loire. Les faits se sont déroulés en novembre 2007, selon le praticien, à qui "il aura fallu presque deux ans" pour recouvrer sa créance de 183,60 euros. 

  • La société de négoce

Selon Mediapart, Thomas Thévenoud a omis de mentionner, dans sa déclaration d'activités et d'intérêts, son court passage comme directeur général d'une société de négoce en vins de Beaune (Côte d'Or), dirigée par son beau-père et qui fait l'objet d'une enquête judiciaire. Ce dernier a d'ailleurs été mis en examen en 2012 pour fraudes sur les appellations. Selon le parquet de Dijon, Thomas Thévenoud a lui été "entendu en mai 2011 dans le cadre d'investigations portant sur des suspicions de pratiques commerciales trompeuses contre la SAS Vins Bernard Gras", mais "aucune charge n'a été retenue à son encontre".

Ariane Kujawski