BFMTV

Najat Vallaud-Belkacem distancée dans la 6e circonscription du Rhône

Najat Vallaud-Belkacem, l'ancienne ministre de l'Education nationale

Najat Vallaud-Belkacem, l'ancienne ministre de l'Education nationale - Stéphane de Sakutin - AFP

Candidate socialiste dans sixième circonscription du Rhône, Najat Vallaud-Belkacem a mené une campagne difficile. Au soir du premier tour, et selon des résultats encore partiels, elle est distancée de vingt points par le candidat "En Marche!".

L'ancienne ministre de l'Education nationale au sein du précédent gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem est candidate du parti socialiste (PS) aux législatives dans la sixième circonscription du Rhône, département dans lequel elle a fait ses armes en politique. Opposée à 19 autres prétendants à l'Assemblée nationale, elle a dû mener une campagne difficile dans ce secteur qui s'étend sur la commune de Villeurbanne.

Bruno Bonnell en tête

Elle a notamment été donnée devancée par Bruno Bonnell, le candidat de "La République en marche". Cette tendance s'est confirmée le jour du scrutin. Selon les résultats définitifs, le chef d'entreprise Bruno Bonnell est crédité de 36,69% des suffrages exprimées. Najat Vallaud-Belkacem est donnée à seulement 16,54% des voix, peu au-dessus du score de Laurent Legendre, représentant des "Insoumis". Ce dernier a pour le moment rassemblé 14,71% des suffrages validés. 

Quelques minutes après 23h, Najat Vallaud-Belkacem s'est exprimée publiquement: "Ce qui restera à trancher dimanche prochain, c’est la question du pluralisme politique pour les 5 années qui viennent, c’est la question d’une République vivante." Elle a poursuivi: "Il faut soutenir les candidats de gauche. C’est important car donner tous les pouvoirs à Emmanuel Macron, ça se traduira par une loi travail par ordonnances, par des suppressions de postes de fonctionnaires. Nous avons besoin de contre-pouvoirs à l’Assemblée nationale. Quiconque a tous les pouvoirs est tenté d’en abuser." Elle a ensuite complété sa prise de parole par une série d'appels: "J’appelle toutes les formations politiques de gauche qui ne se sont pas qualifiés à faire bloc autour de ma candidature, les abstentionnistes à ne pas passer à côté du second tour. J’appelle enfin les habitants villeurbannais à bien réfléchir à leur intérêt." Enfin, elle a lancé: "Demain à la première heure, vous me retrouverez plus mobilisée et déterminée que jamais. Rien n’est joué."

R.V.