BFMTV

Municipales à Paris: la candidature dissidente de Villani se précise, affaiblissant un peu plus Griveaux

La candidature dissidente de Cédric Villani aux municipales de Paris en 2020 se dessine. Le député En Marche de l’Essonne doit annoncer mercredi prochain s’il est candidat à la mairie de Paris. Un nouveau coup dur dans la campagne déjà tumultueuse de Benjamin Griveaux.

Benjamin Griveaux essuie un nouveau revers. Officiellement investi pour représenter LaREM, l'ancien porte-parole du gouvernement doit composer avec Cédric Villani : selon plusieurs médias, le député se rapproche de plus en plus d'une candidature dissidente, au risque de tout faire perdre à la majorité présidentielle. Après avoir laissé planer le doute tout l'été, le mathématicien devrait officialiser ses intentions le 4 septembre, révèle RMC ce mercredi.

"C’est un coup dur pour Benjamin Griveaux parce que ça signifie qu’il n’a pas réussi à asseoir son autorité. Il est censé être le favori mais face à lui, tous les petits candidats, comme Gaspard Gantzer et Pierre-Yves Bournazel, se disent prêts à discuter avec Cédric Villani. Une sorte de coalition qui ne va pas être facile à gérer pour Benjamin Griveaux", analyse notre éditorialiste politique, Christophe Barbier.

"La division, c'est l'échec"

Risque de divisions, propos déplacés de Benjamin Griveaux à l'égard de ses anciens concurrents... Le début de campagne à Paris patine chez En Marche. L'affaire paraissait pourtant réglée le 10 juillet lorsque, après des semaines de psychodrame, la Commission nationale d'investiture (CNI) a tranché en faveur de Benjamin Griveaux pour représenter LaREM en mars 2020.

Mais la fronde portée par Cédric Villani ne s'est pas calmée et le mathématicien n'a jamais donné le moindre signe de ralliement, malgré les menaces d'exclusions de LaREM. "Cédric est mathématicien, mais il faudrait qu'il soit bon calculateur. La division, c'est l'échec. Le rassemblement, c'est la victoire", prévenait lundi sur Europe 1 le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand.

Griveaux lui a proposé de "co-piloter" la campagne LaREM

Benjamin Griveaux a pourtant tendu une perche à son rival en lui écrivant "pour lui proposer de co-piloter cette campagne", a-t-il expliqué mercredi sur le plateau de franceinfo.

Et de poursuivre: "Je crois que nous n’avons qu’un seul adversaire, c’est Anne Hidalgo. Nous avons plus de convergences que de divergences avec Cédric." 

Se refusant pour l'instant à commenter la probable candidature de Cédric Villani, Benjamin Griveaux se raccroche encore - officiellement du moins - à la possibilité d’un ralliement de la part du député qui "a pris un engagement de soutenir le candidat investi, dans l’hypothèse où ce ne serait pas lui, et je crois en sa loyauté". "Soyons patients", a-t-il encore avancé.

Villani, une menace pour LaREM et le PS?

Si cette nouvelle candidature était bien officialisée, Benjamin Griveaux pourrait la contrer "en poussant Cédric Villani vers la gauche", estime Christophe Barbier. "Il s’agit d’en faire un rival d’Anne Hidalgo. Façon aussi de récupérer les électeurs de droite pour Benjamin Griveaux qui apparaît comme un candidat du ‘et en même temps’ plutôt libéral", observe notre éditorialiste. Ce n'est pas un hasard, poursuit-il, s'il va mettre en avant le ralliement de Delphine Bürkli, maire ex-LR du 9e arrondissement.

Dans l'entourage de la maire de Paris, on confesse d'ailleurs à l'AFP qu'"une candidature de Cédric Villani n'arrange pas forcément".

"Villani candidat diminue les voix de Griveaux, mais nous en prend aussi", abonde une source chez "Paris en commun", structure qui rassemble les proches de la maire sortante Anne Hidalgo, dont la candidature doit être officialisée, selon plusieurs sources, en décembre.

Face à un "paysage éparpillé avec une multitude de candidats", le PS veut "montrer tout au long de l'automne que le rassemblement va se faire autour de Paris en commun, Générations, communistes ou encore de la société civile". Reste aussi à voir ce que feront les écologistes, membres de la majorité sortante mais dragués depuis plusieurs jours aussi bien par Gaspard Gantzer et Isabelle Saporta, que par les équipes de Cédric Villani.

Ambre Lepoivre avec AFP