BFMTV

Municipales 2014: les villes où le FN arrive en tête

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le premier tour des élections municipales a donné lieu à une spectaculaire poussée du Front national, qui arrive en tête dans de nombreuses villes. Tour d'horizon.

A elle seule, la commune d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) est le symbole de la percée frontiste. Le secrétaire général du parti, Steeve Briois, s'est en effet imposé au premier tour avec 50,26% des voix.

Les autres cadres frontistes ne sont d'ailleurs pas en reste. A Forbach, Florian Philippot, le vice-président du parti, est arrivé en tête avec 35,75% des suffrages, et pourrait l'emporter à la faveur d'une quadrangulaire.

A Perpignan, Louis Aliot est lui aussi arrivé en première position, avec 33,8%, cinq points devant le candidat de l'UMP. Tandis qu'à Saint-Gilles, Gilbert Collard possède une confortable avance, puisqu'il a obtenu 40% des voix.

Les nouvelles têtes se montrent

Mais la poussée frontiste s'est exprimée encore plus largement. Dans le Var, le FN est ainsi arrivé en tête à Fréjus par l'intermédiaire de David Rachline, 26 ans et 40,30% des suffrages. A Brignoles, Laurent Lopez, déjà vainqueur de la cantonale partielle, est également en première position avec 36% des voix. 

Du côté de Digne-les-bains, Marie-Anne Baudoui-Maurel, candidate du Rassemblement Bleu Marine, est aussi en tête à l'issue de ce premier tour avec 27,69% des suffrages.

A noter également l'excellent score de Robert Ménard, soutenu par le FN à Béziers, qui obtiendrait 44% des suffrages et qui figure donc en bonne position pour la victoire finale.

Le FN trouble-fête dans plusieurs villes

Et même si dans certaines villes, le FN n'arrive pas en tête, son score a de quoi interpeller. C'est le cas à Marseille où, selon une première estimation, le candidat Stéphane Ravier dépasserait le socialiste Patrick Mennucci et figurerait en deuxième position avec 22% des voix. 

Reims, le candidat Roger Paris a, contre toute attente, réussi à se maintenir avec 16% des suffrages en sa faveur. Il arbitrera, comme à Marseille, le duel entre le PS et l'UMP

La rédaction