BFMTV

Montebourg : « Nous sommes surendettés, ce n’est pas tenable »

Arnaud Montebourg, ce vendredi sur RMC/BFMTV

Arnaud Montebourg, ce vendredi sur RMC/BFMTV - -

Sur RMC et BFMTV ce vendredi matin, Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, a parlé de Florange et de l’industrie, mais aussi du budget 2013, des licenciements boursiers ou encore de la voiture électrique.

Après avoir annoncé une loi sur la reprise des sites menacés de fermeture, Arnaud Montebourg, invité ce vendredi d’RMC et de BFMTV, s’est aussi entretenu avec Jean-Jacques Bourdin de nombreux autres sujets. Sur le budget, présenté ce vendredi et qui nécessitait de combler un trou de 30 milliards d’euros, le ministre du Redressement productif a appelé à un effort. « Il faut que la France ait une trajectoire de redressement de ses comptes publics. Nous faisons les fins de mois de la sécu, du traitement des fonctionnaires à crédit. Nous sommes surendettés ce n’est pas tenable », a-t-il martelé. « Nous le paierons très cher si nous ne rétablissons pas notre souveraineté par rapport aux marchés. Nos prédécesseurs nous ont mis aux mains du marché ». « La bataille engagée par François Hollande est une bataille permanente pour que la croissance soit plus forte. Pour l’instant nous nous astreignons à rétablir ces comptes », a-t-il ajouté.
Concernant Sanofi, qui s’apprête, comme ArcelorMittal, à licencier, il a jugé le plan « abusif. Ils sont arrivés avec un projet de 2 500 emplois. Ils sont venus à l’Elysée, avec un plan réduit de 1 000. On leur a demandé d’enlever le site de Toulouse. A 900 c’est encore trop. Nous souhaitons des garanties sur Toulouse, la recherche est un lieu de performance en France ».
Pour les Fralib, « nous allons chercher des solutions pour permettre que tous les salariés trouvent un travail. Unilever ne lâchera pas sa marque », assure-t-il.

Vers le péage gratuit pour les voitures électriques ?

Enfin, Arnaud Montebourg s’est penché sur la voiture électrique. « Il faudrait très vite un bon millier de bornes. Les collectivités locales sont maîtresses du jeu, explique-t-il, réfléchissant à plusieurs propositions pour favoriser leur développement. « Il faut construire une attractivité de l’électrique dans la vie quotidienne. Parking gratuit, c’est une bonne idée nous y travaillons. Voie de bus c’est une bonne idée, péage gratuit j’y suis favorable. »

La Rédaction