BFMTV

Montebourg : « Je suis autant opposé à Royal qu’à Delanoë »

-

- - -

Le député PS de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg, invité sur RMC, a donné sa vision de ce que doit être le Parti Socialiste à la veille du Congrès.

Guillaume Cahour : La reconstruction du PS avec le Congrès à l'automne prochain, avec le projet du Parti Socialiste et aussi le nouveau Premier Secrétaire, on ne sait plus trop où vous êtes : vous avez soutenu Ségolène Royal pendant la campagne, aujourd'hui vous êtes dans le club des reconstructeurs, ce n'est pas un peu une alliance contre nature ?

Arnaud Montebourg : D'abord, toute l'amitié et l'affection que je porte à Ségolène Royal n'a pas faibli, la question n'est pas celle-là. La question c'est de reconstruire un parti qui rassemble non seulement toutes les composantes du Parti Socialiste mais élargisse le nouveau futur Parti Socialiste et le transforme en Parti de toutes les gauches.

Guillaume Cahour : Mais pourquoi pas Ségolène Royal ?

Arnaud Montebourg : Parce que si nous entrons dans le combat des écuries, et j'y suis opposé, nous aurons des affrontements, des matchs interminables qui dureront quatre ans, on ne reconstruira rien et nous augmenterons la quantité des ruines. Je suis autant opposé à Bertrand Delanoë qu'à Ségolène Royal, et je suis partisan d'un Premier Secrétaire qui sera la chef de la reconstruction de la maison commune de toutes les gauches car nous sommes en retard sur l'UMP qui a construit un outil rassemblant plusieurs Droites. Nous avons besoin de construire l'outil rassemblant toutes les Gauches et de demander aux présidentiables qu'ils apaisent leurs ambitions et qu'ils attendent que nous construisions un cadre stratégique, une primaire ouverte sur la société, dans laquelle nous sélectionnerons notre candidat le moment venu. Par ailleurs, c'est un peu prématuré de choisir aujourd'hui un leader qui serait aussi candidat à la présidentielle, parce que personne ne sait de quoi aura besoin le pays dans trois ans.

La rédaction-Bourdin & Co