BFMTV

Moins d’austérité : le FMI a raison mais…

Le FMI prône moins d'impôt pour la France

Le FMI prône moins d'impôt pour la France - -

Le FMI recommande à la France d'arrêter d’assommer les Français avec des hausses d'impôts et conseille plutôt de faire des économies et d'engager des réformes structurelles pour faire redémarrer la machine.

Je crois que le FMI a raison quand il dit qu’il faut stopper les hausses d'impôts. En même temps, au FMI, Christine Lagarde et ses amis ne manquent pas d'air puisqu’ils conseillaient exactement le contraire en 2011 à la France pour qu’elle s'en sorte. C'est vrai que ces hausses d'impôts, on en peut plus. Je vais vous donner quelques exemples pour bien comprendre. Un célibataire payé au smic a enregistré un bond de 40 % de son impôt sur le revenu entre 2008 et 2012. Pour un cadre, la progression est de + 10 %. Pour un couple de professeurs des écoles avec deux enfants, c'est en moyenne 12 % d'impôts sur le revenu de plus, qu'en 2008. Je vous rappelle également qu’une nouvelle tranche d'impôt a été créée pour les plus hauts revenus. Et je ne vous parle pas de la taxation sur les revenus du patrimoine qui progresse régulièrement depuis 2007. Bref, tout ça n'est pas nouveau, mais depuis l'arrivée de la gauche au pouvoir la cadence s'est accélérée et effectivement le FMI dit stop. Le Fonds Monétaire International a raison dans le sens ou plus d'impôt = moins de revenu disponible, moins d'argent pour consommer et un pays, la France, qui tourne au ralenti. L'austérité nous étouffe, le FMI le reconnait.

Le FMI dit: «moins d'impôts mais plus de réformes structurelles». A-t-il raison?

Ça dépend ce que l'on appelle des réformes structurelles. Si c'est, par exemple, fragiliser les salariés par toujours plus de flexibilité, je vous rappelle qu’un accord patronat /syndicats a déjà été signé dans ce sens au printemps, dernier. Si ça signifie accepter des baisses de salaires pour garder son emploi, ce qui se fait déjà, je ne suis pas certain que ce soit d'une grande efficacité à long terme. Pourquoi ? Tout simplement, parce que ça aura pour effet de rendre le monde du travail encore plus incertain, le pessimisme déjà ambiant chez bon nombre d'entre nous, avec cette peur au ventre presque quotidienne de perdre son emploi, ne fera que s'accentuer. Et puis, il faut arrêter cette course à l'échalote aux salaires toujours plus bas, que veut-on dans ce pays ? Qu’un jour, on soit payé comme les Chinois ? Tout cela risque d'avoir en tout cas un effet négatif sur notre motivation et donc au final sur notre productivité.

Sur les retraites, le FMI a raison d'encourager la France à engager une vrai réforme? De toute façon, il n’y a pas le choix…

Au vue de l'allongement de la durée de la vie, ce genre de réforme parait inévitable. Certes. Alors le FMI semble pencher pour un allongement de l’âge légal de départ à la retraite, pendant que le gouvernement, lui, parle d'années de cotisation supplémentaire. En réalité, tout ça, ça revient au même Après, il va falloir quand même nous expliquer quel effet positif ça aura sur l'activité quand on sait que les séniors affichent déjà un taux de chômage record. Bref, qu’il n'y a déjà aujourd'hui pas de travaille pour eux.

Christophe Bordet