BFMTV

Morin sur la Syrie: "La réalité c'est qu'on est à poil"

-

- - -

Hervé Morin était ce vendredi matin l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV. Le président du Nouveau Centre et ancien ministre de la Défense s'est prononcé pour une intervention en Syrie, mais surtout pas sans preuves.

Invité vendredi matin de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV, Hervé Morin, le président du Nouveau Centre et ancien ministre de la Défense, s'est rangé du côté des partisans d'une intervention contre la Syrie: "La communauté internationale doit réagir à l'utilisation d'armes de destruction massive".

Intervenir, oui, mais pas sans "preuves irréfutables". "Je demande les conclusions des analyses d'échantillons faites sur le terrain [de l'attaque chimique]. Nous avons besoin d'avoir ces preuves avant d'intervenir.

"Sur la coalition: la réalité c'est qu'on est à poil. Pour l'instant on est seuls. L'Europe a renoncé, c'est un drame absolu. Aujourd'hui, il n'y a aucun pays qui veut frapper avec la France", affirme Hervé Morin.

Pas question d'envoyer l'armée à Marseille

Hervé Morin est également revenu sur la journée noire de ce jeudi à Marseille, où deux hommes ont été tués par balles, dont le fils du directeur sportif de l'OM. Faut-il envoyer l'armée pour sécuriser Marseille, comme le réclament des élus? "L'armée n'est pas faite pour ça, ce n'est pas son métier, tranche Hervé Morin. Imaginez l'armée dans les quartiers. On va pas faire la guerre dans les quartiers, on va pas se positionner avec des blindés, tout cela n'a pas de sens".

Hervé Morin est également revenu sur sa volonté de mettre fin à l'élection du président de la République au suffrage universel: "Je pense qu'elle rend dingues les hommes politiques. On crée un système dans lequel on met un monarque à l'Elysée, avec sa cour, et qui concentre tous les pouvoirs. On rentre dans une culture d'ego absolue".

Alexandre Le Mer