BFMTV

Michel Onfray: Sarkozy est capable de "tout" pour gagner la primaire

Invité de BFM Politique ce dimanche, l’intellectuel Michel Onfray s’est livré à une charge en règles contre Nicolas Sarkozy. Il en a également profité pour faire quelques conjonctures sur la présidentielle à venir.

Michel Onfray, auteur du Miroir aux alouettes et de Penser l’islam, était sur le plateau de BFM Politique ce dimanche. Il a commencé par donner une vision contrastée du clivage droite-gauche en France.

Il analyse ces deux pôles comme "deux blocs, mais partagés de la même manière avec des libéraux de gauche et de droite qui pensent et défendent la même chose, et des antilibéraux, des souverainistes de droite ou de gauche qui pensent aussi beaucoup de choses en commun." 

Cependant, l’écrivain est catégorique: "Je n’ai jamais voté à droite de ma vie, je n’ai même jamais voté Chirac", y compris au second tour de l'élection présidentielle 2002, face à Jean-Marie Le Pen. 

Mais à droite, un homme concentre tout particulièrement l’agacement de Michel Onfray: l’ancien chef de l’Etat et candidat à l’actuelle primaire de la droite et du centre, Nicolas Sarkozy.

"Sarkozy fera tout, je dis bien tout, pour être désigné"

Selon le philosophe, Nicolas Sarkozy est le favori de ce scrutin, peu importe ce que disent les sondages:

"La présidentielle se jouera essentiellement aux primaires. Et Sarkozy fera tout, je dis bien tout, pour être le candidat désigné par cette primaire. Ceux qui sont élus ce sont ceux qui ne s’interdisent rien."

L’intellectuel entretient tout de même une vision plus flatteuse d’une référence de droite, le général De Gaulle. Mais il le voit comme l'anti-modèle des ténors de l'opposition présente: "Parmi le personnel politique, il y a des gens d’un cynisme absolu, on le voit avec le livre de Patrick Buisson sur Nicolas Sarkozy. Si c'est Nicolas Sarkozy qui est élu aux primaires, on voit bien que Juppé n'y sera pas. C'est pas dans son style, il n'a jamais été capable d'agir en gaullien. C'est même l'un des fossoyeurs du gaullisme. Le gaullisme c’est la souveraineté, un gaulliste ne dirait pas on va abandonner la souveraineté pour faire l’Europe libérale."

Un second tour Bayrou-Le Pen?

Si Michel Onfray enterre les chances d'Alain Juppé, il ne prédit pas non plus un grand avenir à Nicolas Sarkozy après la primaire. Au jeu des spéculations autour du suffrage de 2017, l’écrivain sort un atout imprévu de sa manche.

"François Bayrou ira à la présidentielle. Et on peut penser un second tour Marine Le Pen-François Bayrou avec un score de maréchal pour Bayrou."

Robin Verner