BFMTV

Marlène Schiappa cite Karl Marx, son père la corrige

Marlène Schiappa.

Marlène Schiappa. - BERTRAND GUAY / AFP

Jean-Marc Schiappa, militant trotskiste, est revenu sur Facebook sur la citation prêtée à Karl Marx utilisée par la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes. Ses propos, cité par le site du Monde, ne sont pas tendres pur sa fille.

Jean-Marc Schiappa, enseignant de formation, militant trotskiste tendance lambertiste et lecteur avisé de Karl Marx, a doctement remis la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, sa fille Marlène Schiappa, en place après que celle-ci a improprement cité le philosophe et économiste communiste allemand. Mercredi, au lendemain de la mise en circulation d'une vidéo où le chef de l'Etat estimait qu'on mettait "un pognon de dingue dans les minima sociaux" sans pour autant que les gens s'en sortent, Marlène Schiappa avait appelé l'auteur du Capital au secours du chef de l'Etat. 

La citation de la discorde 

Parmi les innombrables phrases qu'il était possible d'emprunter à l'œuvre de Karl Marx, qu'on n'imagine mal défendre la "start-up nation" ou les coups de rabot aux aides sociales, elle avait choisi celle-ci: 

"L'émancipation des travailleurs sera l'œuvre des travailleurs eux-mêmes".

Ce pronostic politique venait conclure le développement de Marlène Schiappa: "Toucher 550 euros de RSA par mois ne permet pas de sortir de la pauvreté s'il n'y a pas d'accompagnement efficace vers le travail. un vrai travail, un vrai salaire: voilà le projet du gouvernement!" Or, un hiatus sépare le projet en question et la remarque du philosophe, comme l'a observé sur Facebook Jean-Marc Schiappa, dont le statut a été repéré ce vendredi par LeMonde.fr

Passion autour de l'émancipation 

Le père de la secrétaire d'Etat a tout d'abord remis en cause la pertinence d'attribuer cette citation à Karl Marx. C'est "la 1ère Internationale (qui) écrit, sur proposition de Karl Marx (donc il est inexact de citer cette phrase comme venant du seul Marx), 'l’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes'", nuance-t-il d'abord. 

Par ailleurs, l'ancien délégué syndical Force ouvrière, redéfinit surtout "l'émancipation" telle que l'entendait Karl Marx: "Il s’agit d’une œuvre collective ('les travailleurs') et non individuelle (chaque travailleur devant se débrouiller tout seul) ; le but est l’émancipation collective (et non une réussite personnelle - laquelle, au demeurant ?), celle des travailleurs, du prolétariat. On ne peut attendre de salut de personne sauf de l’action organisée, donc consciente". 

"Le patriarcat a de beaux jours devant lui", s'agace Marlène Schiappa 

Vient ensuite le moment de la charge la plus violente: "Ce n’est en rien une défense de l’individualisme petit-bourgeois ('allez, monte ta start-up, toi aussi'). Au passage, détruire les aides sociales n’est pas un problème pour ceux (et celles) qui montent leur start-up en bénéficiant des exonérations fiscales, primes diverses de l’Etat etc.", écrit-il.

Marlène Schiappa n'a en tout cas pas apprécié que la dispute familiale se retrouve dans la presse. Sur Twitter, elle a en effet lancé, en référence au titre de l'article du site du grand quotidien du soir: "J'ai un désaccord politique avec mon père (rien de neuf) ce serait donc selon @lemonde.fr "une leçon"! Le patriarcat a de beaux jours devant lui."

Robin Verner