BFMTV

Manuel Valls aurait abandonné la politique s'il avait été battu

L'ancien Premier ministre Manuel Valls, député de l'Essonne, était ce mardi matin l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC.

"J'aurais abandonné". Invité mardi matin sur BFMTV et RMC, Manuel Valls "aurait abandonné une manière de faire de la politique incontestablement, une vie d'élu", s'il avait perdu aux législatives. "Je n'aurais pas eu le choix, j'aurais dû faire autre chose, avec mon expérience, j'imagine. Mais d'une certaine manière, je ne voulais pas quitter la vie politique sur une défaite, je ne voulais pas laisser cette circonscription dans la main de gens que je considère dangereux pour la démocratie et pour la République".

Manuel Valls vise ici directement "les candidats de La France insoumise" et en l'occurrence Fadela Amrani, son adversaire malheureuse aux législatives, qui refuse de reconnaître sa défaite dans la première circonscription de l'Essonne et a déposé un recours au Conseil constitutionnel. "La campagne qui a été menée contre moi au nom même des idées que je défendais sur la République, la laïcité, l'égalité entre les hommes et les femmes, oui je pense que c'était un projet qui pouvait être dangereux".

En définitive, estime Manuel Valls, "il ne faut jamais avoir peur du suffrage universel. Cette élection législative, dans la première circonscription de l'Essonne (où il a été élu, NDLR), était une belle épreuve. C'était pour moi, d'ailleurs, une façon de me remettre en cause. On l'emporte ou on est battu, il n'y a jamais d'injustice. On peut le ressentir comme cela, mais il faut respecter le choix des électeurs".

dossier :

Manuel Valls

A.L.M.