BFMTV

Manifestants écologistes gazés à Paris: De Rugy ne condamne pas mais appelle à voir la vidéo "en entier"

Des militants écologistes bloquaient le pont de Sully à Paris, vendredi 27 juin. Les CRS ont eu recours à des bombes lacrymogènes pour les déloger. La scène, filmée par plusieurs journalistes et diffusée sur les réseaux sociaux, a fortement choqué l'opinion publique.

Dans la lutte contre le réchauffement climatique, "le temps n’est plus à la manifestation". Invité ce dimanche sur le plateau de BFM Politique, François de Rugy a réagi sur des images polémiques où des manifestants écologistes apparaissent en train de se faire gazer par des CRS. La scène se déroule à Paris vendredi 28 juin, lors d’un rassemblement à l’appel d’Extinction Rébellion, un mouvement de désobéissance civile non-violente pour lutter contre le dérèglement climatique.

Des bombes lacrymogènes pour déloger

Les militants écologistes bloquent le pont de Sully, à Paris, quand des CRS font usage de bombes lacrymogènes à de nombreuses reprises et à seulement quelques centimètres de leurs visages pour les déloger. Selon la préfecture de police, les forces de l’ordre ont demandé aux militants de se disperser, rapporte LCI. Mais ces "sommations étant restées sans effet", la force a été utilisée pour mettre fin au blocage.

L’usage de la force a-t-il été disproportionné? Pour toute réponse à cette question, le ministre de la Transition écologique invite à regarder l’intégralité de la vidéo, filmée par le journaliste indépendant Clément Lanot.

"Au début les CRS appellent les manifestants à débloquer le passage sur un pont. On n'avait déjà pas besoin de rajouter des problèmes de circulation. (...) Ce sont des manifestants très radicaux. Quand vous leur demandez pacifiquement de dégager la voie, ce qu'ont fait les forces de l'ordre avec des hauts-parleurs et qu'évidemment ils refusent (...) on est obligé de mobiliser des CRS pour prendre les personnes une par une et essayer de les enlever. Ca se finit avec l’utilisation de gaz qui ont pour but que les gens s’en aillent", a-t-il commenté sur notre antenne.

Pour le climat, "nous devons être dans l'action"

Et d’ajouter, sévère: "J’invite à agir concrètement pour le climat, on n’en est plus au temps des manifestations. Nous devons être dans l’action. Ces manifestants ne proposent rien pour limiter les émissions gaz à effet de serre."

Parallèlement, les images de cette opération policière ont largement choqué l'opinion publique, à commencer par la jeune militante Greta Thunberg qui a partagé la vidéo sur son compte Instagram le jour même engendrant plus de 3 millions de vues. L'actrice Marion Cotillard s'est également emparée du sujet en réclamant des explications au gouvernement. Ce dimanche, le ministre de la Transition écologique semble avoir préféré botter en touche.

Pour sa part, Christophe Castaner a demandé un rapport au préfet de police de Paris sur "les modalités" de cette évacuation controversée. "A la demande du ministre, une inspection technique CRS a été déclenchée et un rapport a été demandé au préfet de police sur les modalités de gestion de cette opération de maintien de l'ordre rendue nécessaire pour rétablir la circulation au coeur de Paris", a déclaré à l'AFP la place Beauvau.

Ambre Lepoivre