BFMTV

"Longue vie au Paris-Nice": Jean Castex joue les chefs de bord pour la reprise du train de nuit

Jeudi soir, le Premier ministre a pris place à bord de l'héritier du "Train bleu" qui doit arriver ce vendredi matin en gare de Nice. Objectif: mettre en lumière le plan de plus de 5 milliards d'euros consacré au secteur ferroviaire.

"Mesdames, messieurs, votre attention s'il-vous-plaît. Je vous souhaite la bienvenue à bord du train Intercité de nuit numéro 5773 à destination de Nice-ville. Exceptionnellement ce n'est pas votre chef de bord qui vous parle, mais le Premier ministre". C'est une voix connue de tous qui a résonné jeudi soir dans les rames menant à la Côte d'Azur. Pour ce voyage de 1088 kilomètres, une voiture a été réservée à un invité d'honneur: le Premier ministre.

Jeudi soir, Jean Castex est monté à bord du train de nuit Paris-Nice qui a repris son trajet quotidien après trois ans d'arrêt. L'héritier du "Train bleu" désormais siglé "France Relance" est parti à l'heure de Paris et est arrivé peu avant 09h15 ce vendredi sur la Côte d'Azur.

"Longue vie au Paris-Nice et bon voyage", a-t-il lancé au micro alors que le train s'échappait de la gare d'Austerlitz en longeant la Seine, au coucher du soleil.

Plan de relance de 5,3 milliards d'euros

Le Premier ministre veut mettre en lumière une "concrétisation rapide du plan de relance", qui consacre 5,3 milliards au secteur ferroviaire, dont 100 millions pour les trains de nuit.

Jean Castex à bord du train de nuit Paris-Nice, le 20 mai 2021.
Jean Castex à bord du train de nuit Paris-Nice, le 20 mai 2021. © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Pour relancer le Paris-Nice, les billets sont proposés à partir de 19 euros en siège incliné. Le gouvernement souhaite ainsi cibler une clientèle plus jeune et parfois plus sensible à l'aspect écologique.

"Reconquête du territoire ferroviaire"

Cette remise en circuit du train de nuit, plus long que les trains à grande vitesse, permet également de desservir d'autres gares, parfois oubliées par les grandes lignes.

"Tout a été mis pour les TGV et les grandes métropoles. Là, les trains de nuit sont le symbole d'une reconquête du territoire ferroviaire", commente sur BFMTV Christiane Dupart, vice-présidente de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports

Le gouvernement souhaite remettre en activité une dizaine de trains de nuit sur tout le territoire d'ici 2030. Et si leur confort peut paraître sommaire, il peut être optimisé en choisissant les couchettes plutôt que les sièges inclinés. Mais pour cause de pandémie, l’occupation des compartiments couchettes est limitée à quatre voyageurs au lieu de six en seconde classe.

Jean Castex le 20 mai 2021 au départ du train de nuit Paris-Nice.
Jean Castex le 20 mai 2021 au départ du train de nuit Paris-Nice. © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
"En position 'tête bêche' afin de maximiser les distances entre les voyageurs", a précisé la SNCF.

Traversées noctures

Le masque reste par ailleurs obligatoire pendant la nuit. En uniforme, Séverine et Sylvie assurent le service à bord, limité en temps de pandémie. Les chips, les mini-saucissons et les jus de fruits feront leur retour le 9 juin, ainsi que la brioche et le café le matin, assurent-elles.

A 23h00 jeudi soir, seuls restaient debout des membres de l'équipe du Premier ministre, et un compartiment de jeunes fêtards. Depuis leurs couchettes, les jeunes Nicolas Forien et Alice Billon, du collectif "Oui au train de nuit", ne cachent pas leur plaisir non plus, et se mettent à rêver de traversées nocturnes de la France et de trains mieux équipés.

Ambre Lepoivre Journaliste BFMTV