BFMTV

Loi Pacte: une députée MoDem porte plainte contre Dupont-Aignan pour "menace de mort"

Nicolas Dupont-Aignan - Image d'illustration

Nicolas Dupont-Aignan - Image d'illustration - AFP

Le président de Debout la France a appelé à "ne pas laisser repartir vivants" les députés qui voteraient la loi Pacte. L'intéressé a assuré, de son côté, qu'il faisait de l'humour.

Après l'indignation suscitée par les propos tenus samedi à Orly par Nicolas Dupont-Aignan, ce dernier risque-t-il de devoir en répondre devant la justice? Ce lundi, la députée MoDem du Val-de-Marne Maud Petit a annoncé sur notre antenne qu'elle avait porté plainte contre le président de Debout la France, qui a appelé "à ne pas laisser repartir vivants" les parlementaires qui voteraient la loi Pacte.

Ce texte, qui doit entrer en deuxième lecture à l'Assemblée nationale, prévoit entre autres la privatisation des aéroports d'Orly. Samedi, plusieurs centaines de personnes ont répondu à l'appel au rassemblement du collectif Drapo, qui entend protéger les 1,9 million d'habitants du sud francilien contre les nuisances sonores et la pollution causées par les avions.

"Situation délétère"

C'est à cette occasion que Nicolas Dupont-Aignan a prononcé sa saillie contre la majorité. Une "menace de mort" selon Maud Petit, qui est allée porter plainte "au commissariat de Chennevières", commune de sa circonscription.

"Je pense que dans le climat actuel, vu que la situation est plutôt délétère, il ne vaut mieux pas avoir ce type de propos", a déclaré l'élue centriste.

Gérard Bouthier, président du réseau Drapo cité plus haut, a quant à lui qualifié de "dérapage verbal" la sortie de Nicolas Dupont-Aignan. 

"Une blague" selon Dupont-Aignan

Face aux nombreuses critiques visant le patron de DLF, provenant aussi bien de La République en marche que des Républicains et du Parti socialiste, l'intéressé a cherché à minimiser la portée de ses propos.

"J’ai tout de suite précisé qu’il s’agissait d’une blague, d’ailleurs tout le monde a compris", a assuré le député auprès du Parisien dimanche, précisant qu'il parlait uniquement de la survie politique de ses adversaires et en rien de leur vie en tant que telle.

"C’est une expression populaire, il n’y avait aucune intention malveillante", a-t-il ajouté, pointant du doigt le communiqué publié par le député LaREM Laurent Saint-Martin.

"Il sait ce qu'il dit"

"Nicolas Dupont-Aignan est un vieux routard de la vie politique, il sait parfaitement ce qu'il dit", lui a répondu ce lundi Maud Petit.

"Il ne faut pas oublier que, depuis quelques mois, les députés de la majorité (...) sont sujets à des menaces", a-t-elle tenu à rappeler.

D'après Maud Petit, la France traverse une période "où il faut éviter de pousser à la haine, de pousser à la violence".
Jules Pecnard