Mis à jour le
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, le jour du vote solennel en première lecture à l'Assemblée nationale de la proposition de loi "anti-casseurs", le 5 février 2019.
 

L'essentiel des critiques émises par l'aile gauche de la majorité se concentre sur l'article 2 du texte, demeuré inchangé après son examen en commission des Lois à l'Assemblée nationale.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire