BFMTV

Toulouse: l'UMP propose du soutien scolaire dans ses locaux

-

- - -

La fédération UMP de Haute-Garonne propose des cours de soutien scolaire gratuits, dans ses locaux. Une idée qui paraît saugrenue à de nombreux élèves, et choque certains professeurs et parents.

Imaginez votre enfant faire ses devoirs... dans un local de l’UMP. Loin d’être fantaisiste, cette idée de soutien scolaire est même très concrète. Elle sera proposée dès le 18 mai à Toulouse par la fédération UMP de Haute-Garonne, dans le cadre de la "révolution civique" voulue par Jean-François Copé. Tous les samedi matin, des cours seront assurés dans les locaux de la fédération. Pour cela, un appel au bénévolat a été lancé chez les 5.000 militants de la région.

Une proposition qui n'emballe pas vraiment les parents et les élèves. Certains professeurs le prennent même plutôt mal: "A ces enfants, on va dire que l’école n’a pas été capable de régler leurs problèmes et que c’est le parti politique qui va les sauver", proteste Thierry, professeur des écoles.

Mais la fédération UMP de Haute-Garonne se défend. Cette initiative n'a qu'un seul objectif selon les militants: l'intérêt général. "On peut être militant UMP et professeur, et on peut abandonner sa casquette de militant pour aider les élèves, explique Pierre Esplugas, porte-parole de l’UMP Haute-Garonne. On demandera uniquement de faire du français, des maths et surtout pas de la politique", assure-t-il.

La FCPE juge l'initiative "indigne"

Toutefois, pour certaines associations de parents d'élèves, le problème est moins le contenu des cours, que les 80.000 postes de l'Education nationale supprimés sous la présidence Sarkozy.

"C'est une initiative indigne, surtout avec le passif de ce parti et de ce gouvernement ces dernières années, avec le démantèlement systématique de l’éducation. De plus en plus d’élèves décrochent du système", avertit Hélène Rouch, présidente de la FCPE de Haute-Garonne.

L'association demande donc à la municipalité de réagir et de proposer ses propres cours de soutien.