BFMTV

NKM pour l'interdiction des "cars de touristes les plus polluants"

La candidate UMP à la mairie de Paris Nathalie Kosciusco-Morizet et le périphérique parisien, ce dimanche 16 mars.

La candidate UMP à la mairie de Paris Nathalie Kosciusco-Morizet et le périphérique parisien, ce dimanche 16 mars. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Pour la candidate UMP à la mairie de Paris, la circulation alternée relève de la "loterie". Pour elle, il faudrait une "interdiction programmée dans Paris des véhicules les plus polluants".

Une "loterie". C'est ainsi que Nathalie Kosciusco-Morizet a qualifié ce dimanche la mesure de circulation alternée mise en place samedi par le gouvernement à Paris et dans sa petite couronne pour faire face à une "remontée de la pollution".

Sur notre antenne, la candidate UMP à la mairie de Paris a fustigé l'inaction de l'actuelle municipalité, jugeant qu'il n'y avait pas eu "de lutte contre la pollution de fond" dans la capitale. Pour elle, la mise en place de la circulation alternée pénalise des automobilistes qui ne polluent pas forcément, alors qu'il y a "des outils qui permettent d'interdire de façon sélective". Mais, selon elle, "la mairie ne peut pas les appliquer pour des raisons politiques".

"Interdiction programmée"

Ces outils, quels sont-ils? "Il existe une mesure du Grenelle de l'environnement, la zone d'action prioritaire pour l'air, qui permet d'interdire de façon programmée les véhicules les plus polluants", souligne Nathalie Kosciusco-Morizet. Ces véhicules? "Les poids lourds", mais aussi "les cars de touristes".

"A Paris, il y a jusqu'à 2.000 cars de touristes. Or Paris est une des seules capitales qui ne règlement pas les cars de tourisme en fonction de leur motorisation. Il faut donc interdire les plus polluants dans Paris", a-t-elle argué.

|||sondage|||1712

M. T.