BFMTV

Nicolas Sarkozy : "On n'enferme pas les femmes derrière des tissus"

Nicolas Sarkozy au 20h le 24 août

Nicolas Sarkozy au 20h le 24 août - Capture d'écran TF1

Réagissant à la polémique autour du burkini, Nicolas Sarkozy a répété qu'il s'agissait selon lui d'une "provocation". Il estime qu'on ne doit pas "enfermer les femmes derrières des tissus".

L'ancien chef de l'Etat - et désormais candidat à la primaire de la droite et du centre - a maintenu, mercredi 24 août, sa position sur le burkini. Nicolas Sarkozy a ainsi estimé au micro de TF1 qu'on "n'enferm(ait) pas les femmes derrière des tissus".

Selon lui, ce vêtement de plage est "une provocation" et serait l'instrument d'un "projet d'islam politique, radicalisé". Et d'ajouter : "Si on laisse passer le burkini, celles - de confession musulmane - qui veulent être en bikini seront obligées de le porter". 

Une question d'égalité homme-femme

Pour endiguer cet "islam politique, radicalisé", Nicolas Sarkozy envisage de proscrire "tout signe extérieur d'appartenance à une religion", notamment dans les universités, sans donner plus de précision.

Pour le candidat à la primaire de la droite et du centre, c'est aussi une question d'égalité homme-femme :

"Sur le territoire de la République, les hommes et les femmes ont le droit à une égalité stricte", a-t-il ajouté. 

Au Figaro magazine, Nicolas Sarkozy avait déjà affirmé que le port du burkini était "un acte militant, une provocation".

M.L.