BFMTV

Manif pour tous: "une mobilisation réussie" pour Wauquiez

Laurent Wauquiez sur BFMTV dimanche 26 mai.

Laurent Wauquiez sur BFMTV dimanche 26 mai. - -

Le vice-président de l'UMP, Laurent Wauquiez, invité de BFM Politique, a jugé que "La Manif pour tous" avait donné lieu dimanche à Paris à "une mobilisation réussie", une "marée humaine".

"C'est une mobilisation réussie, c'était une vraie marée humaine (...) il y avait une ambiance beaucoup plus ouverte et plus pacifiée que ce que tout le monde a voulu dire. (...) On a vu tout le travail d'intoxication du gouvernement", a déclaré l'ancien ministre, invité de BFM Politique (RMC/Le Point/BFMTV).

Alors que la préfecture de police de Paris a chiffré à 150.000 le nombre des manifestants, quand les organisateurs ont avancé le chiffre d'un million, Laurent Wauquiez a fait valoir: "On connaît le travail classique de la préfecture de police. La mobilisation est réussie et c'est, une fois de plus, un signal fort".

Pour une "abrogation de la loi"

L'ex ministre, qui personnellement est pour une "abrogation de la loi" sur le mariage gay, a évoqué "la faille de la gestion" de ce dossier par François Hollande, en soulignant que Ségolène Royal était favorable à "l'union civile".

"Quand vous avez autant de monde, vous ne pouvez pas continuer à avoir un président de la République qui les ignore. C'est pas possible", a-t-il ajouté.

Pour lui, "le président de la République, s'il veut pouvoir apaiser les choses, a besoin d'adresser une parole de compréhension et, pour moi demain, cette parole doit porter sur la procréation médicalement assistée et la gestation pour autrui".

"Nous avons trop de désordre en ce moment à l'UMP"

Laurent Wauquiez, a également jugé qu'il y avait "un problème de leadership" dans son parti et qu'il fallait "le corriger". "Nous avons trop de désordre en ce moment à l'UMP. La situation n'est pas satisfaisante pour les militants, pas satisfaisante pour les Français qui ont besoin d'une opposition qui ait des messages clairs".

"La façon dont fonctionne aujourd'hui l'UMP ne me convainc pas", a-t-il ajouté.

Il a fait valoir que "le problème" n'était "pas qu'il y ait des différences de sensibilités -cela toujours existé- mais à l'époque le parti était dirigé par des personnalités comme Alain Juppé puis Nicolas Sarkozy (...) il y avait un leadership".

"Là, il y a un problème de leadership, c'est ça qu'il faut corriger", a poursuivi le député, en ajoutant qu'il "s'investi(ssait) pour apporter un nouvel élan à l'UMP".

M.R. avec AFP