BFMTV

Lutte anti-terroriste: pour Juppé, les moyens "ne sont pas à la hauteur"

BFMTV

Alain Juppé, maire (Les Républicains) de Bordeaux, a estimé mardi que les moyens pour lutter contre le terrorisme n'étaient "pas à la hauteur", plaidant pour qu'ils soient "complétés" pour "resserrer les mailles du filet" de la surveillance. "Aujourd'hui (les) moyens ne sont pas à la hauteur. J'espère qu'ils seront complétés rapidement", a déclaré à TF1 le candidat à la primaire de la droite en 2016. Dans la lutte contre le terrorisme, il faut "des moyens", a-t-il dit, dont "des moyens législatifs".

"Si j'avais été parlementaire, j'aurais voté la loi sur le renseignement", a-t-il souligné au passage. Il faut aussi "des moyens budgétaires, des moyens humains", or "on voit qu'ils ne sont pas encore au niveau", selon lui. "Le dernier auteur d'attentat était pisté par les services et il est passé entre les mailles, il faut donc resserrer les mailles du filet", a poursuivi Alain Juppé, après l'attentat vendredi en Isère, où le suspect avait été fiché de 2006 à 2008 par les services de renseignement pour radicalisation, puis avait de nouveau été repéré entre 2011 et 2014 pour ses liens avec la mouvance salafiste lyonnaise.

Le candidat à la primaire de 2016 a prôné aussi "une volonté politique inébranlable de la part de nos autorités", un renforcement de "la coopération avec nos partenaires européens en matière de renseignement" et de "rassembler les Français".