BFMTV

Les ténors de Les républicains se pressent au Salon de l'agriculture

Sarkozy, Fillon, Le Maire, Larcher ou encore Estrosi: de nombreuses figures du parti Les Républicains sont au Salon de l'agriculture mercredi pour reconquérir une profession en crise.

Après une ouverture marquée par la venue houleuse de François Hollande, puis par le passage de Manuel Valls, le Salon de l'agriculture reçoit mercredi une large partie des ténors de Les Républicains. En effet, dès 9 heures, c'est le président du parti, Nicolas Sarkozy, qui est arrivé Porte de Versailles avant que le président du Sénat Gérard Larcher, le patron de la région Paca Christian Estrosi, le député-candidat à la primaire François Fillon ne foulent à leur tour la paille du Salon et prennent- peut-être - un selfie avec Cerise, la mascotte de l'édition 2016.

Loin du "Casse-toi pauvre con" de 2008, Nicolas Sarkozy était plutôt à l'aise. Les agriculteurs "sont des gens qui aiment leur travaillent qui ont la passion, qui sont enthousiastes et qui ont du tempérament. C'est vraiment des valeurs dans lesquelles je peux me reconnaître: je suis enthousiaste et j'ai du tempérament", a souri le patron de Les Républicains.

"La France ne peut pas laisser tomber sa ruralité et son agriculture. Ce n'est pas un choix c'est une question de destinée", a poursuivi l'ancien chef de lEtat. "L'agriculture française, ce n'est pas une question de folklore c'est une question identitaire", a ajouté le potentiel candidat à la primaire de droite sous des nuées de caméra.

Nicolas Sarkozy était entouré de Christian Jacob, Maud Fontenoy, et Daniel Fasquelle. 

Ils devraient y croiser un autre concurrent pour 2017, l'ancien ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire qui passe trois jours sur place alors que Alain Juppé sera présent jeudi pour ce qui constitue un passage obligé. En période de crise profonde des secteurs du lait et de l'élevage, les agriculteurs représentent une cible de choix pour les politiques. 

A tous, la FNSEA a adressé un questionnaire en 13 points sur les problématiques agricoles. "Ceux qui n'auront pas répondu feront mieux de ne pas s'arrêter à notre stand", prévient Xavier Beulin, président du syndicat agricole. "Le cul des vaches, le petit verre qui va bien et le sourire sur photo... aujourd'hui on est sur autre chose", avertit-il.

Le "Plan Marshall" de Les Républicains

Nicolas Sarkozy souhaite de son côté "un plan Marshall", pour sortir les agriculteurs de la crise qu'ils traversent. "A un euro investi pour la ville doit correspondre un euro pour la ruralité (...) Ce plan de plusieurs milliards d'euros sera la priorité de l'alternance en 2017", expose-t-il dans les colonnes du Parisien.

Sur la question du financement, l'ancien chef de l'Etat répond: "Nous organiserons une convention des Républicains le 9 mars pour annoncer des pistes fortes de réduction de la dépense publique, par exemple la reprise du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite dans l'Etat mais aussi, ce qui est nouveau, dans les collectivités locales." Et Nicolas Nicolas Sarkozy de rappeler que l'agriculture "est l'un des fers de lance de notre économie" et qu'"il faut donc décréter l'état d'urgence agricole."

Mardi, Marine Le Pen, a visité le Salon de l'agriculture. Bruno Le Maire et Xavier Bertrand y sont retournés mercredi.

S.A. avec AFP