BFMTV

Jean-Frédéric Poisson confie s'être fait virer de 8 établissements scolaires

Jean-François Poisson, le 24 mai 2016 à Paris.

Jean-François Poisson, le 24 mai 2016 à Paris. - JOEL SAGET - AFP

L'actuel président du parti chrétien-démocrate et candidat à la primaire de la droite et du centre, dont Libération a publié le portrait dimanche, confie quelques anecdotes singulières sur son parcours de vie.

Lui, le petit protégé de Christine Boutin et actuel président du parti chrétien-démocrate (PCD) depuis 2013, entend bien faire entendre sa voix conservatrice durant les débats de la primaire de la droite et du centre auxquels il prendra part en tant que candidat. Non, il n'entend pas être "(...) le Chevènement ou la Taubira de 2017", comme il l'explique au quotidien Libération qui lui consacre sa 'der' dimanche 9 octobre, mais compte bien, grâce à ce coup de projecteur, vanter les dogmes du PCD.

Touché par dieu un "samedi 30 janvier 1982 à 9h15"

Celui pour qui Marion Maréchal Le Pen dit avoir "une sympathie humaine et politique", relève toutefois certaines divergences avec le FN. Dans ce portrait, le catholique qui explique vouloir intégrer dans la constitution "les racines chrétiennes de la France", confie avoir été touché par la grâce divine un "samedi 30 janvier 1982 à 9h15", alors qu'il se trouvait au lycée, raconte le journal qui révèle aussi que le député des Yvelines, qui s'ennuyait en cours, a été exclu de 8 établissements durant sa scolarité.

Décrit comme un homme sympathique - "on aimerait ne pas l'aimer pour que tout soit raccord!" - par certains socialistes, et comme "un bon vivant (...)" par ses proches, Jean-Frédéric Poisson se vante de mitonner "le meilleur risotto au sud de la Seine", rapporte le quotidien.

Durant le premier débat de la primaire, ce Jeudi 13 octobre, l'homme, qui bénéficie de 1,5% d'intentions de vote des électeurs "certains" d'aller voter le 20 novembre, aura donc tout le loisir de s'épancher sur ses convictions.

Aurore Coulaud