BFMTV

Homosexualité: Wauquiez se défend et paraphrase Nabilla

Compte twitter de Laurent Wauquiez paraphrasant Nabilla

Compte twitter de Laurent Wauquiez paraphrasant Nabilla - -

Invité de BFM Politique dimanche soir, le vice-président de l'UMP a peiné à s'expliquer au cours d'un débat sur le mariage homo avec Jean-Luc Romero, conseiller régional d'Ile-de-France. Lundi, il se défend sur twitter.

"L'homosexualité est-elle contraire à vos valeurs?" Après s'être emmêlé les pinceaux sur cette question face à Jean-Luc Romero, dimanche sur le plateau de BFMTV, Laurent Wauquiez semble ne pas avoir retrouvé totalement ses esprits.

C'est sur Twitter que le député UMP de la Haute-Loire s'est justifié lundi en citant... Nabilla, bimbo de télé-réalité, devenue célèbre après s'être exclamé "allo quoi!".

"Qui peut sérieusement croire que l'homosexualité serait 'contraire à mes valeurs'? Non mais allo quoi! Chers Twittos, vous pouvez être en désaccord avec mes convictions, les contester, argumenter etc. Pas besoin de les caricaturer", a écrit Laurent Wauquiez.

Qui peut sérieusement croire que l'homosexualité serait "contraire à mes valeurs" ? Non mais allo quoi ! 1/2
— laurent wauquiez (@laurentwauquiez) 27 mai 2013
Chers Twittos, vous pouvez être en désaccord avec mes convictions, les contester, argumenter etc. Pas besoin de les caricaturer. 2/2
— laurent wauquiez (@laurentwauquiez) 27 mai 2013

"Un lapsus révélateur"

La veille la passe d'armes qui avait opposé Laurent Wauquiez à Jean-Luc Roméro portait sur les raisons de son opposition à la loi sur le mariage pour tous.

Jean-Luc Romero, ex-UMP et apparenté au PS, l'avait alors interpellé: "l'homosexualité est contraire à vos valeurs?" Réponse de Laurent Wauquiez: "non pas du tout", puis se reprenant aussitôt "oui, elle est contraire". Et Jean-Luc Romero de conclure: "je comprends maintenant. Vous avez eu un lapsus révélateur, c'est contraire à vos valeurs." Laurent Wauquiez s'est alors repris: "Je vais vous expliquer, ce qui est contre mes valeurs, c'est qu'un enfant n'ait pas un père et une mère."

Samuel Auffray