BFMTV

Henri Guaino: "Hollande est le plus mauvais président de la Ve République"

Le député UMP des Yvelines, Henri Guaino, était l'invité de Jean-Jacques Bourdin.

Le député UMP des Yvelines, Henri Guaino, était l'invité de Jean-Jacques Bourdin. - -

Invité de Jean-Jacques Bourdin, le député UMP des Yvelines a taclé le chef de l'Etat. Mais il a surtout dénoncé "le climat de suspicion généralisée" dont seraient victimes les responsables politiques.

"Oui, il est bien le plus mauvais président de la Ve République". Invité de Jean-Jacques Bourdin ce jeudi matin, Henri Guaino a réitéré ses critiques à l'encontre de François Hollande, assurant qu'il "ne rassemble pas", qu'il "ne prend pas la crise à bras-le-corps". Le député UMP des Yvelines a néanmoins ajouté: "J'espère qu'il se révélera bien meilleur dans les prochaines années, je ne souhaite pas la faillite de mon pays."

Mais le chef de l'Etat n'était pas le seul dans le collimateur de l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy qui a fustigé à plusieurs reprises "le climat de suspicion généralisée" dont seraient victimes les responsables politiques. "On ne va pas régler les problèmes de corruption et de malhonnêteté par la suspicion". Dans son viseur, tour à tour: la démarche de 10 parlementaires qui demandent la réforme de leurs "privilèges", la loi sur la moralisation de la vie politique, les recours contre l'arbitrage dans l'affaire Tapie...

"La démagogie, maladie mortelle des démocraties"

L'affaire Tapie, d'ailleurs, a particulièrement retenu l'attention d'Henri Guaino. "La décision du recours à un arbitrage est une décision politique, au peuple de décider si elle est bonne ou mauvaise. Pas à la justice." Pour lui, les juges doivent simplement intervenir s'il y a eu irrégularité mais ne doivent pas statuer sur la prise de décision, "sinon, plus personne ne prendra plus de décision". "Laissons la justice faire son travail mais dans son domaine, avec retenue, sans entrer dans le domaine politique. Ne mélangeons pas tout!", a-t-il insisté.

A plusieurs reprises, Henri Guaino a appelé chacun à la "dignité" et à la "responsabilité". "Cessons de dresser les Français les uns contre les autres", a-t-il plaidé. Que des parlementaires critiquent les avantages dont les élus bénéficient? "La politique de la pureté (...) mène à la purification, (...) à Robespierre, aux Inquisiteurs", s'emporte le député, lyrique. Le député UMP a fustigé la "démagogie, maladie mortelle des démocraties". Et de lâcher: "à qui profite le 'tous pourris'? Aux extrêmes qui dévoreront tout!".

D'ailleurs, explique-t-il, "le problème de l'UMP n'est pas le rapport avec le FN mais le rapport avec les Français, (...) avec cette immense France du non, de ceux qui refusent tout parce qu'ils ont l'impression d'être dépossédés de leur destin et de leur vie". Et que fait son parti dans ces conditions? "Il traverse une phase difficile et n'est pas toujours à la hauteur de la situation".

V.D.