BFMTV

Fin de l'histoire entre Calmels et Juppé

Le candidat à la présidence des Républicains Laurent Wauquiez et la première adjointe au maire de Bordeaux Virginie Calmels, le 3 septembre 2017.

Le candidat à la présidence des Républicains Laurent Wauquiez et la première adjointe au maire de Bordeaux Virginie Calmels, le 3 septembre 2017. - Philippe Desmazes - AFP

Si Virginie Calmels affirme rester juppéiste malgré son ralliement à Laurent Wauquiez, la séparation politique entre la première adjointe et le maire de Bordeaux semble actée.

Le ralliement de Virginie Calmels à Laurent Wauquiez, candidat à la présidence LR, a jeté un froid chez les juppéistes. Si l’ex-patronne d’Endemol France affirmait encore le week-end dernier être "juppéiste", "libérale", et "l'assumer", ses camarades politiques semblent plus sceptiques.

Interrogé par La Dépêche du Midi, l’un des participants aux Vendanges de Bordeaux, qui ont rassemblé les juppéistes les 26 et 27 août, s’étonne de ce retournement: "On était ensemble, il y a quelques jours à Bordeaux. Nous nous retrouvions entre amis après cette dure campagne, dans une grande relation de confiance et elle ne nous a rien dit alors que tout était déjà dealé."

Un Alain Juppé passablement agacé lui aurait indiqué qu'ils n'étaient pas là pour se préoccuper des ambitions personnelles des participants, et que moins la première adjointe au maire de Bordeaux se montrerait en conseil municipal, mieux ce serait. Virginie Calmels aurait alors décidé de déménager de Bordeaux à Paris, selon La Dépêche

"Qu'on me foute donc la paix!"

L’ex-directrice générale d’Endemol Monde affirmait néanmoins le week-end dernier dans le JDD qu’Alain Juppé n’avait vu "aucune objection sur (sa) décision".

En mars, il n’avait pourtant pas manqué de la tancer après son ralliement à François Fillon lors des primaires de la droite et du centre: "Virginie Calmels, qui est la juppéiste de service, me représentera au comité politique des Républicains... Vous êtes toujours juppéiste, Virginie?", avait-il alors demandé.

Ce mercredi, le Canard enchaîné lui prête des propos autrement plus violents. "Virginie Calmels, c'est la logique Endemol. Ça lui rapporte, elle y va. Elle n'a pas de principes. En mars, elle me soutenait, puis elle s'est offerte, en vingt-quatre heures, à Fillon. Pour moi, c'est une grosse déception. Si vous avez un parquet en bon état, ne l'invitez pas chez vous", aurait-il ainsi déclaré selon l'hebdomadaire.

Un passage que le maire de Bordeaux a vivement contesté cette sortie sur Twitter, demandant qu’on "lui foute donc la paix".

"Elle défendait une position plus à droite de la nôtre"

Un autre participant, toujours cité par le quotidien local, est moins surpris que d'autres juppéistes du ralliement de Virginie Calmels à Laurent Wauquiez: "Elle défendait une position différente de la nôtre, plus à droite, plus libérale. Elle a même évoqué sa propre candidature à la présidence des LR."

"Une semaine seulement pour passer des Vendanges de Bordeaux à la Montée du Mont Mezenc, belle foulée!", résumait la sénatrice LR Fabienne Keller le 2 septembre, faisant allusion à la sortie de Laurent Wauquiez dans le Massif central, en compagnie de Virginie Calmels. 

Liv Audigane