BFMTV

Bruno Le Maire: "Le vrai vainqueur de cette élection à Brignoles, c'est l'abstention"

Le député UMP Bruno Le Maire sur le plateau de BFMTV le 7 octobre 2013

Le député UMP Bruno Le Maire sur le plateau de BFMTV le 7 octobre 2013 - -

Le député UMP de l'Eure est l'invité de BFMTV lundi matin. Il est largement revenu sur le score de la cantonale de Brignoles et sur le drame de Lampedusa.

L'arrivée en tête du candidat FN au premier tour de la cantonale de Brigoles, dimanche, n'est pas qu'un avertissement pour la gauche. C'est aussi un signe fort envoyé à l'ensemble de la classe politique, a analysé le député UMP Bruno Le Maire, lundi matin sur BFMTV.

"Le vrai vainqueur de cette élection à Brignoles, c'est l'abstention, a-t-il souligné. Quand on regarde attentivement, le FN n'a pas pris beaucoup de voix par rapport au précédent scrutin". Une abstention due, selon lui, au manque de confiance des Français dans le politique. "La responsabilité de ma famille politique est de redonner de l'espoir, c'est de redonner de la crédibilité au politique."

"Pas de consigne de vote à Brignoles"

Interrogé sur l'idée d'un "grand rassemblement républicain à Brignoles", Bruno Le Maire a balayé cette option, assurant ne pas appeler à un tel rassemblement. "Je ne donne pas de consigne de vote car les électeurs ne les écoutent pas."

Qui pourrait, alors, incarner le renouveau politique et redonner confiance aux Français? Alors que François Fillon a pris dimanche ses distances avec Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire n'a pas voulu voir dans l'ancien Premier ministre le sauveur, condamnant son interview parue dans le JDD. "A l'UMP, ce n'est pas le temps de la confrontation mais celui de la reconstruction", a-t-il martelé.

Lampedusa, "l'Europe responsable"

Enfin, interrogé sur le drame de Lampdusa -qui a fait 194 morts selon un bilan officiel publié dimanche- Bruno Le Maire a estimé qu'il s'agissait d' "un drame humain dont tous les pays européens sont responsables". Toutefois, pas question pour le député UMP de l'Eure d'accueillir les migrants qui ont survécu à la traversée.

"Ils n'ont pas vocation à rester sur le sol européen", a défendu Bruno Le Maire, alors qu'on l'interrogeait pour savoir s'il partageait l'avis de Marine Le Pen, qui souhaite voir les rescapés de la tragédie "renvoyés dans leur pays". "Tout immigré qui n'est pas en situation régulière n'a pas vocation à rster et doit être renvoyé dans son pays", a-t-il poursuivi.

"Si nous voulons éviter des drames, nous devons être fermes. Je crois que l'on peut faire beaucoup mieux que ce qui existe aujourd'hui", a-t-il fait valoir.

Sandrine Cochard