BFMTV

Brignoles: Copé appelle Ayrault à "reprendre ses esprits"

Jean-François Copé charge Jean-Marc Ayrault.

Jean-François Copé charge Jean-Marc Ayrault. - -

Passe d'armes entre Jean-Marc Ayrault et Jean-François Copé. Ce dernier a répondu à l'attaque du Premier ministre qui accuse l'UMP de n'avoir rien fait pour aider sa candidate Catherine Delzers face au frontiste Laurent Lopez, à la cantonale partielle de Brignoles, dans le Var.

La cantonale partielle de Brignoles, qui a vu la victoire du frontiste Laurent Lopez, est sur toutes les lèvres. Ce lundi, c'était au tour de Jean-Marc Ayrault de réagir à la victoire du Front national. Le Premier ministre a pointé du doigt les cadres de l'UMP "qui n'ont pas levé le petit doigt pour défendre leur candidate", en l'occurrence Catherine Delzers, a-t-il fustigé.

"J'appelle Jean-Marc Ayrault à reprendre ses esprits et à faire œuvre d'un peu plus d'humilité et d'un peu plus de lucidité" a rétorqué Jean-François Copé, lundi soir.

"Le mécontentement est fort", dit Copé

Avant de poursuivre: "lorsque l'on est Premier ministre et que son candidat n'est même pas présent au second tour, il faut faire preuve de lucidité, et Jean-Marc Ayrault ferait mieux de réfléchir aux raisons qui pourraient expliquer ce désaveu".

Selon le président de l'UMP, Brignoles est une suite logique qui vient "sanctionner la politique désastreuse qu'il conduit pour la France". "Le mécontentement est tellement fort que la gauche est systématiquement rejetée par les électeurs, que ce soit aux municipales ou aux cantonales", a poursuivi Jean-François Copé, sur BFMTV.

Pour lui, le "véritable sujet aujourd'hui n'est pas l'UMP, mais le rejet massif des candidats de gauche". "Ce qui importe, ce n'est pas le calcul électoral. Chacun a compris ce qu'est la position de l'UMP: pas d'alliance avec le FN, pas d'alliance non plus avec un PS qui est allié avec le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon, et qui n'a rien à envier au parti de Marine Le Pen".

Carlotti reste au gouvernement? "Un couac de plus"

En évoquant la candidature de Xavier Bertrand à la primaire de l'UMP en 2016 en vue de la présidentielle, Jean-François Copé a souhaité "tourner la page et ne s'occuper que d'une chose: les municipales de 2014. Car on ne gagnera pas 2017 si on n'a pas gagné 2014. Il faut qu'on montre qu'on est capable d'améliorer la vie quotidienne des Français. Une ville gérée par la gauche, ça n'est pas la même chose qu'une ville gérée par la droite".

Enfin, sur la primaire socialiste qui a eu lieu dimanche, et notamment "le désaveu" de Marie-Arlette Carlotti qui a, selon Jean-Marc Ayrault, "tout sa place au gouvernement", Jean-François Copé y voit "un couac de plus". "Tout est géré à l'envers avec ce gouvernement: je ne m'étonne donc plus de rien".

Saber Desfarges