BFMTV

Le Foll offre du sursis aux conseils généraux en zone rurale

-

- - -

Le ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll était l'invité, mercredi de BFMTV et RMC, au lendemain de la nomination du gouvernement Valls II.

Nomination d'Emmanuel Macron et nouveau gouvernement. Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement est l'invité de BFMTV et RMC mercredi.

#La polémique Montebourg: "les images ne sont pas passées"

Les images renvoyées par Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, exclus depuis du gouvernement, à Frangy-en-Bresse, dimanche dernier, n'étaient "pas acceptables et elles ne sont pas passées. (...) Quand on est ministre de l'Economie on ne peut pas exposer le débat en public, surtout celui sur la politique économique. Il existe des réunions entre ministres pour cela. Ce gouvernement est dans le réel. C'est aussi un gouvernement de clarté car il fallait de la cohérence", a estimé le porte-parole du gouvernement.

#La polémique Macron: "La ligne Montebourg, sans la marinière"

"Emmanuel Macron fait partie d'une élite, oui il a travaillé dans une grande banque mais est-ce-que l'on est banquier toute sa vie? Non. Cela remet-il en cause son engagement politique? Non!", a commenté Stéphane Le Foll. Emmanuel Macron, très critiqué par la gauche pour sa doctrine libérale et son profil d'ancien banquier de haut rang, "va poursuivre la ligne mise en place par Arnaud Montebourg, sans la marinière peut-être, mais il va suivre la ligne. (...) Est-ce qu'on va continuer? Oui!", a-t-il ensuite promis.

#L'annonce: pas de suppression de départements en zone rurale?

C'était l'une des demandes des Radicaux de gauche pour suivre le mouvement du gouvernement Valls II. Ils pourraient avoir obtenu gain de cause puisque le porte-parole du gouvernement a répondu "je ne crois pas" lorsque la question de la suppression des conseils généraux dans la réforme territoriale lui a été posée. 

Le Sénat, qui pourrait basculer à droite à l'occasion de son renouvellement partiel le 28 septembre, est hostile au redécoupage des régions en 13 métropoles, dont le premier volet a été adopté par les députés fin juillet alors que cela affecterait forcément les conseils généraux.

#Le secret: "je ne dirais pas mon idée" sur une primaire à gauche en 2016

Des voix de gauche demandent une primaire à la présidentielle à gauche, incluant le président de la République sortant. "J'imagine que des gens au PS y pensent, d'autres veulent un Congrès. Si la question d'une primaire se pose je m'exprimerais et j'ai sûrement une idée sur le sujet". Laquelle? "Je ne le dirais pas (...) Il reste deux ans et demi de mandat au chef de l'Etat", a commenté Stéphane Le Foll.

Samuel Auffray