BFMTV

Le FN saisit la Commission de contrôle de la campagne contre des "violations" du code électoral

David Rachline, le directeur de campagne de Marine Le Pen, le 26 avril 2017.

David Rachline, le directeur de campagne de Marine Le Pen, le 26 avril 2017. - Thomas SAMSON / AFP

Le directeur de campagne de la candidate frontiste évoque notamment des bulletins de vote Marine Le Pen déchirés, reçus par courrier par certains électeurs avec les professions de foi des deux prétendants à l'Elysée.

David Rachline, le directeur de campagne de Marine Le Pen, a annoncé ce vendredi par le biais d'un communiqué avoir saisi la Commission nationale de contrôle de la campagne électorale (CNCEP) pour des "irrégularités" et "infractions au code électoral".

"De nombreux administrés ont réceptionné chez eux, au titre de la propagande électorale les deux bulletins de vote des deux candidats à l’élection présidentielle, le bulletin de notre candidate étant systématiquement déchiré et celui de notre opposant, M. Macron intact", écrit le maire de Fréjus, qui évoque des "milliers de signalements par départements". 

"Ces graves irrégularités et infractions au code électoral en vigueur ont été constatées dans les départements suivants: Ardèche (07), Allier (03), Savoie (73), Loire (42), Yvelines (78), Eure-et-Loir (28), Hérault (34)", explique le communiqué. 

Des maires pointés du doigt

Parmi les autres "irrégularités" dénoncées par David Rachline, la banderole anti-FN accrochée par le maire de Montpellier, Philippe Saurel, sur le fronton de l'Opéra de la ville, ainsi que "des consignes de vote" que "certains maires" auraient envoyées à leurs administrés par courrier. 

Dans un communiqué publié sur sa page Twitter, la Commission a expliqué la suite donnée à ce signalement.

Sur le premier point, concernant les bulletins de vote endommagés, l'instance indique avoir "demandé au ministère de l'Intérieur (en charge de l'élection, NDLR) de prendre toutes mesures utiles pour que ces faits, s'ils étaient avérés, n'altèrent pas la sincérité du scrutin".

La Commission répond à David Rachline

La Commission demande au ministère d'inviter les électeurs à utiliser les bulletins mis à leur disposition dans les bureaux de vote. Ajoutant qu'elle avait demandé au ministère de lui fournir toutes les informations qu'il pourrait recueillir à ce sujet. 

Concernant les accusations faites à plusieurs maires par David Rachline, qui pourraient indiquer une éventuelle "utilisation de moyens publics en vue de soutenir l'autre candidat" à la présidentielle, la Commission indique avoir saisi la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques. 

L'équipe Macron a elle aussi émis un signalement

La CNCCEP est notamment chargée de veiller "à ce que les candidats bénéficient des mêmes facilités de la part de l'Etat pour la campagne électorale", peut-on lire sur son site. Elle contrôle notamment le respect des dispositions en vigueur concernant les affiches des candidats et leurs professions de foi.

"Elle a le devoir d’intervenir pour que cessent des agissements qui lui paraîtraient critiquables", peut-on lire également. 

Emmanuel Macron a lui aussi émis un signalement à la Commission, concernant des rumeurs diffusées sur Internet et sur les réseaux sociaux depuis le 3 mai susceptibles de lui porter préjudice et pouvant constituer des faux et usages de faux, des cas de diffamation et de fausses nouvelles. Après ce signalement, l'instance a annoncé qu'elle saisissait le procureur de la République. 

Charlie Vandekerkhove